• Smog of Germania (Marianne Stern)

     

    Smog of Germania (Marianne Stern)

    Smog of Germania (Marianne Stern)

    Auteur : Marianne Stern

    Illustré par : Miesis

    344 pages papier

    Thème : Steampunk

      *******

    Résumé de l'éditeur :

    « Germania, début des années 1900, capitale du Reich.
    À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française - et pour cause : on dit qu'il n'a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l'oeuvre.
    Une poursuite infernale s'engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s'il ne s'agissait pas en réalité d'un gigantesque complot, qui se développe dans l'ombre depuis trop longtemps.
    »   

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Smog of Germania (Marianne Stern)

    Pendant ce temps les miroirs parlent....

     

    Déjà un grand merci aux Editions du Chat noir pour l'envoi de ce livre. Après quelques péripéties, il est arrivé à bon port et a pu être lu dans la foulée. Pour commencer, j'aime beaucoup la couverture de Miesis, sombre, avec des bâtiments difficilement identifiables, tout comme des "choses" qui volent. Les rouages mêlés au décor et personnages, je la trouve tout à fait en adéquation avec le texte.

     

    Vint ensuite l'histoire. Au début du 20ème siècle, nous plongeons dans Germania, ville où le Smog est présent et fait la loi, en quelque sorte. Le Kaiser veut gagner la guerre contre les français, mais de plus il souhaite par dessus tout faire en sorte que sa ville soit la plus majestueuse possible. Sa fille, Viktoria-Luise von PreuBen, qui devrait ne pas sortir de chez elle, aime profiter de ses soirées pour naviguer dans les rues de Germania. Accompagné de son chaperon – qui n'est autre que l'homme de main du Kaiser, son cher père – elle va échapper de peu à la mort des suites d'un piège tendu juste pour son cou gracile. A partir de ce moment, les événements vont s'enchainer jusqu'à un point de non-retour pour l'ensemble des personnages.

     

    J'avoue que j'ai du mal à savoir par où commencer car j'ai adoré le livre du début à la fin, que se soit l'histoire, les personnages, la manière d'écrire, bref un véritable tout.

     

    L'intrigue est importante et se développe rapidement dans le sens où l'attaque se fait dans les premières pages, mais elle s'étoffe lentement au fil des pages jusqu'à ce que les personnages impliqués se montre au grand jour. Un engrenage qui ne laisse personne de côté, et dont les enjeux politiques sont si énormes que c'est à se demander une chose : comment ce complot a pu passer à la trappe durant tout ce temps. Des trahisons, des énigmes... Faire confiance à quelqu'un devient de plus en plus dangereux. Sans compter ce Smog important qui oblige les habitants à ne sortir que couvert au maximum afin de respirer un minimum.

     

    "Parfait. Au moins le métropolitain se viderait-il de la majorité de ses occupants au quartier industriel, maigre consolation. En dépit des odeurs agressives et de la promiscuité dérangeante; Viktoria devait bien admettre que ce train souterrain présentait un avantage sérieux : celui d'emmener les voyageurs à destination très rapidement. Aucun fiacre n'aurait pu les conduire à WelBensee en un quart d'heure à peine. Par ailleurs, les renifleurs peineraient à retrouver leurs traces, et par conséquent, les assassins également. Un sursis bienvenu afin de rallier Tellow et récupérer le mystérieux paquet, qu'importe son contenu."

     

    Les détails et descriptions sont juste assez pour voir la ville et ses bâtiments se dessiner sous nos yeux. Enfin non, pas juste assez un peu plus que cela, car le soucis du détail est appliqué, que ce soit la lanterne utilisée pour voir un peu plus, ou les foulards qui couvrent les visages, sans compter les nombreux mécanismes humains ou non qui sont crées avec minutie. Lorsque Charogne et Gadoue se mettent à l’œuvre, des frissons se forment par endroit sur le corps à la lecture de ce qu'ils aiment faire. De toute manière leur prénom – ou surnoms – vont tout à fait avec leur pelle et brouette. Un léger sentiment de répulsion envers leurs travaux, il n'y a pas de doutes possible. Et l'esprit de Charogne est un véritable dédale de perversité, j'aime !

     

    En parlant des personnages, j'ai beaucoup apprécié les rôles de Jérémiah, Viktoria, Maxwell, Speer, Ludivine, Joachim, Flamel et bien d'autre encore, sans oublier les deux cités au-dessus. Chacun a une belle part dans le récit, et parler de tous ne servirait qu'à donner trop d'éléments sur le contenu, par contre je vais tout de même écrire sur deux ou trois.

     

    Commençons avec Viktoria, la malheureuse fille du Kaiser qui va échapper de peu à la mort dès le départ. Dans les premières lignes elle m'a fait penser à une petite fille précieuse et capricieuse à qui personne ne lui refuse rien. Plus les événements vont intervenir et plus elle va comprendre qu'accorder sa confiance sans réfléchir peut lui causer des torts. De la gamine capricieuse du départ qui ne pense qu'à elle, nous la voyons évoluer avec les drames qui lui tombent dessus et devenir une jeune femme. Certes légèrement naïve parfois, mais qui a murit et qui ne reste pas égoïste, bien au contraire, ses pensées vont vers ceux qui l'aident réellement.

     

    Jérémiah est un homme formidable malgré son aspect. J'ai aimé découvrir comment il était devenu ainsi, et l'auteur nous offre même son enfance un peu plus loin. Sa façon de penser est peu commune, ne se laissant pas guider par des sentiments qui pourraient lui obscurcir qon jugement. Il a un charisme fou, lorsqu'il décide de s'en servir, ce qui est extrêmement rare et préfère l'indifférence à toutes formes d'émotions. Tout cela dans le but de se protéger.

     

    "L'expression de Jérémiah restait désespérément neutre ; ni colère ni compassion ne glissait sur sa moitié de visage organique. Il donnait l'impression de lui sonder l'âme, et après quelques instants de ce désagréable examen, Viktoria regretta presque d'avoir ouvert la bouche. Ses poils se hérissaient, l'air semblait s'être refroidi. Elle recula, tandis que Jérémiah pénétrait dans la pièce aussi silencieux qu'une ombre. Il se coula jusqu'à elle, l'emprisonna contre le mur de pierre. Puis sa griffe lui caressa la joue avec une douceur si inattendue qu'elle en tomba bouche-bée."

     

    Maxwell est un homme de valeur, qui montre deux personnalités complètement distinctes. La première est celle d'un gentilhomme, prévenant, plein de ressources et près à vous servir. La seconde pourrait être comparé à celui d'un savant fou. Il aime son Zeppelin noir, fabriquer des choses, des gadgets en tout genre, tenter de dépasser les limites du possible. Il a un but et j'ai beaucoup apprécié le fait que même si c'est en parti pour lui, il le fait d'abord pour un autre qui lui est très précieux.

     

    D'une manière générale, il vaut mieux se méfier de tout le monde dans cette histoire, les amis le sont-ils réellement? Et les ennemis, de quel côté sont-ils vraiment? Car entre les traîtres au Kaiser, à la fille, au maitre-espion, aux assassins et j'en laisse beaucoup de côté, il est très difficile de voir venir la fin de ce roman. D'ailleurs, à part pour deux personnages dont je ne voyais pas d'autres issues, pour Viktoria, j'avoue ne pas avoir vu venir cette scène. Disons que, sans donner d'explication sur son final, je ne le voyais pas de cette manière, mais plus esseulée, voire pire.

     

    En bref, j'ai passé un super moment de lecture, entouré de personnages très travaillés, avec un passé et un présent très bien expliqués, laissant l'avenir se dessiner à l'horizon. Des descriptions de la ville comme des bâtiments volants ou non très réalistes, même si nous sommes dans un imaginaire lointain. Pour les adeptes du Steampunk et pour les "découvreurs" de ce thème, passer à côté serait vraiment dommage, de mon point de vue.

     

    Logo Livraddict

    babelioDéfis sur Fb

     

    « Sortie 21 juillet 2015 : Le dernier métro pour Artala (Ena Fitzbel)#24 Une journée avec... "Ant-man" »

  • Commentaires

    8
    Dimanche 19 Juillet 2015 à 17:09

    La couverture est vraiment chouette! Comme très souvent pour cette maison d'édition :) ça me tente bien, merci pour ton avis :)

    7
    Vendredi 17 Juillet 2015 à 16:30

    Merci beaucoup wink2

    6
    July Zaureole
    Vendredi 17 Juillet 2015 à 13:55

    Je ne connais pas du tout ma is vraiment pas du tout ce livre! J'adore la couverture qui me donne envie et le style steampunk est juste... :3 

    Je comprend Vampilou qui dit que ton avis est un supplice. Tu donnes plus qu'envie aux lectures de se procurer se livre. On aimerait bien en découvrir plus sur ce roman ^^

    Très belle chronique et merci pour cette découverte! :D

    5
    Vendredi 17 Juillet 2015 à 12:37

    Mon avis un supplice ? C'est bien la première fois qu'on me la sort celle-là xD Contente qu'il te fasse envie he

     

    4
    Vampilou
    Vendredi 17 Juillet 2015 à 12:03
    Alors celui-là, il me fait terriblement envie et ton avis, c'est juste un supplice quoi !
    3
    L'imaginarium
    Jeudi 16 Juillet 2015 à 22:45
    Mdr !!!
    2
    Jeudi 16 Juillet 2015 à 21:37

    Cela ne m'étonnes pas ^^

    1
    L'imaginarium
    Jeudi 16 Juillet 2015 à 21:35
    J'ai hâte de le lire celui- la :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :