• Ghostfather (Éric Calatraba)

     

     

    Ghostfather (Éric Calatraba)

    Auteur : Éric Calatraba

    126 pages ebook

    Thème : suspense

      *******

    Présentation de l'éditeur :

     

    « Clément, un jeune musicien plein de rage, croise la route d’une guitare au son stupéfiant : une Fender Stratocaster Mark Knopfler dont les caractéristiques inattendues pourraient changer le cours de sa vie…

    Dans Ghostfaher, cet instrument unique forme avec d’autres personnages le chœur narratif de son histoire. »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Meurtres à Château-Arnoux, tome 2 : Venise Pourpre (Gilles Milo Vacéri)

    Je remercie l'auteur, Éric Calatraba de m'avoir proposé de lire son livre en format numérique.

     

    Autant au début de l'histoire j'ai eut un tout petit peu de mal dans la lecture, autant il n'a pas fait long feu dès que je suis entrée dans l'histoire, soit au bout de quelques pages. J'ai adoré le fait qu'il y ait plusieurs personnages qui racontent ce qu'ils voient.

     

    Clément est un jeune homme qui va travailler dur pour pouvoir se payer une Fender, la reine des guitares, me dirait ma copine Blue qui rêve d'en avoir une entre les mains, mais passons. Il en rêvait depuis très très longtemps. Sa mère le pousse à réaliser ses rêves, même si elle a peur pour lui du chemin qu'il emprunte. D'un petit groupe à la gloire, il faut du travail, du talent et de la chance, sans oublier une belle gueule. Espoirs, désillusions, passions et souffrances, tout est lié. Clément va vivre au rythme de sa musique : sex, drug and rock'n roll, le trio inséparables.

     

    J'ai beaucoup aimé suivre ce qui lui arrive, comment il "monte" sur scène, fait connaitre sa musique, rencontre des gens qui sont plus ou moins envieux. Sa rencontre avec Isabel, une chanteuse en devenir va crée un duo autant sur scène que dans la vie. Cette jeune femme a la tête sur les épaules, ne se brûlant pas les doigts. Elle est belle, un timbre merveilleux et l'accompagnement des doigts de Clément font de véritables merveilles en concert. Des hauts, des bas, tout ce qu'il y a dans une relation sont là, sauf qu'il faut juste penser qu'ils sont des "stars". Mais à part ces derniers mots, ils sont comme vous et moi, deux personnes à la recherche d'un bonheur parfait.

     

    J'ai adoré lire les différents points de vue, que se soit de Clément, de sa mère, d'Isabel, de la fameuse guitare. D'ailleurs, pour cette dernière, j'attendais avec impatience le moment où se serait elle qui parlerait de ce qu'elle ressent, de ce qu'elle entend. Je sais, c'est dingue, mais ce sont mes passages préférés, tout comme celui dans le métro.

    "Un jeune homme à l’air décontracté entra et vint s’asseoir à côté de la lectrice. Il avait les écouteurs de son baladeur sur les oreilles. La blonde se crispa et se décala légèrement vers la fenêtre en regardant avec dégoût les mains du garçon. De belles et grandes mains soignées, à la peau noire. Il me lança un regard complice, mi-amusé, mi-atterré. Soudain, il s’approcha légèrement de sa voisine qui se raidit encore plus. Je réprimais mon envie de rire. Il s’en aperçut et décida d’en rajouter, en lisant ostensiblement les lignes du roman. Elle retint sa respiration jusqu’à Louvre Rivoli, où le jeune homme descendait. Il se leva, puis désigna un mot sur la page du livre.

    Le tueur, c’est lui. Bonne journée.

    Je pouffais, tandis qu’il sortait dans le flot des passagers. Furieuse, elle me fusilla du regard, ferma son bouquin et partit s’asseoir à l’autre bout de la rame."

    Les personnages sont travaillés jusque dans les détails, même sordides. En indiquant sordide, cela me fait penser à l'un d'entre eux : Derek Knight. Très bon musicien, gratteur et joueur invétéré, il a tout du gars qui a des ennuis et les mets sur le dos d'un autre. Gentil de face, il est capable de planter un couteau entre les deux omoplates de celui qui pourrait le considérer comme son meilleur ami. D'autres protagonistes sont importants pour le déroulement de l'intrigue : à la recherche d'un père qui s'ignore, d'un bonheur sans tache, de vouloir le meilleur pour sa descendance, de continuer à survivre dans un monde de requins, jusqu'à ce que l'inévitable arrive.

    J'ai eut les larmes aux yeux, mais aucune n'est tombée, ouf. Par contre ce témoignage, car c'est plutôt ainsi que je l'ai perçu est très éprouvant. Beaucoup d'émotions dures, de rebondissements, de musiques. Les notes ne font que nous accompagner du début à la fin, donnant un plus non négligeable au récit. Les excès sont monnaies courantes dans ce milieu – tout du moins dans l'histoire – et rien ne nous sera épargnés. La célébrité n'est rien si la solitude est votre seule amie.

    Poussière, nous ne sommes que des grains de sable balloté dans un sens puis dans l'autre, tentant de se raccrocher à quelque chose de stable.

    "J’écrivais les textes et Clément composait la musique. Nous avions beaucoup de succès et je crois savoir que les fans sont impatients de suivre la prochaine tournée. Il va falloir qu’ils attendent encore un peu. Si je vous raconte tout ça, c’est parce que j’ai vingt-sept ans aujourd’hui, que ça m’angoisse, et aussi parce que..."

    Cette histoire est bien plus profonde qu'un simple récit sur une Fender et son vécu : la paternité sous toutes ses formes, les gênes qui choisiraient notre voie, les espoirs et désillusions d'une vie. Savoir choisir, ne pas suivre les pas tout tracé, continuer d'avancer à son rythme et non celui imposé. Vengeance, destructions, attentes... Il y a une très grande part de noirceur qui est bien présente tout du long, apportant une angoisse supplémentaire. A lire absolument, que l'on soit passionné de musique ou non !

     

     

    Logo Livraddict

    babelioDéfis sur Fb

    « Seconde chance, débris d'une vie (Christine Béchar)De Londres Editions »

  • Commentaires

    11
    Mardi 8 Septembre 2015 à 13:54

    Merci à vous, Monsieur l'éditeur de laisser un mot sur mon blog et merci de votre explication :) Pour ma part, il s'agissait de musique, donc vous auriez mis un rocher, là j'aurais tiqué, mdr. Mais je ne suis pas une adepte de la Fender - même si ma copine m'a tiré devant une vitrine pour que j'en vois une de très près :p Bonne journée et continuez ainsi :)

    Encore merci !

    10
    Mardi 8 Septembre 2015 à 10:20
    Jean-Basile Boutak

    Je suis l'éditeur de ce roman. Tout d'abord, grand merci pour cette chronique. Nous avons apporté beaucoup de soin à ce roman comme à tous ceux que nous éditons, et nous sommes très heureux quand ils reçoivent un accueil favorable.

    Ensuite, nous sommes tout à fait conscients qu'il ne s'agit pas d'une Fender Stratocaster Mark Knopfler sur la couverture ;) Mais n'en disposant pas d'une pour la photographier, nous n'avons pas trouvé non plus de photo libre de droits, et encore moins d'une qualité suffisante. Voilà pourquoi nous avons opté pour une guitare lui ressemblant le plus possible. Les Stratocaster trouvées étaient, à notre avis, moins « ressemblantes ». Mais nous nous doutions que des spécialistes tiqueraient ;)

    9
    Eric Calatraba
    Vendredi 4 Septembre 2015 à 22:41

    Les Paul: La guitare du méchant! :-)

    8
    Jeudi 3 Septembre 2015 à 18:06

    Merci de votre avis smile

    La "fender" "parle dans le récit, mais c'est un mélange des personnages qui racontent ce qu'ils voient, et puis c'est original d'imaginer qu'un instrument de musique, une enveloppe, ou même un crayon puisse parler. Ne dit-on pas que les murs ont des oreilles ? biggrin

    Pour la couverture, une vraie Fender aurait probablement été mieux, mais cet emballage reflète la musique d'une manière générale, thème principal de ce livre. tout tourne autour des notes wink2

    Bonne soirée !

    7
    herve
    Jeudi 3 Septembre 2015 à 16:20

    dommage et regrettable que ce ne soit pas une stratocaster sur la couverture......Un grossière erreur de l'éditeur..surtout quand on sait qu'une strat ou une gibson les paul (en l’occurrence) ne parlent pas le même langage...Puisqu'il est question de guitares.....Une erreur significative de la non connaissance de ce dont on veut parler (de la part de l'auteur ou de l'éditeur).....dommage de se tromper sur la représentation du personnage principal...L'expérience d'un instrument de musique se prête peu à la parole....(ou au vocabulaire)..Je m'égare......Bonnes lectures, doc !

     

     

    6
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 16:05

    Format papier, pas sur, je crois que la maison d'édition ne fait que du numérique.

    Des frissons, tu devrais en avoir sans problème :)

    Bonnes futures lectures sarcastic

    5
    Vampilou
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 15:55
    Wahou, tu m'as donné des frissons ! Ce roman a vraiment l'air très intense, je le note absolument :-D
    4
    L'imaginarium
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 12:09

    Passionnée de musique et notamment de guitare je note !! Il existe en format papier ?

    3
    July Zaureole
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 11:56

    j'aime beaucoup la musique et la fait que la guitare est un point de vue rend le livre attrayant. je n'en avais pas entendu parler. Je suis intrigué par le romane. Je le met dans ma WL :) Merci pour cette découverte ! ^^

    2
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 11:15

    Je suis d'accord avec toi, concernant la musique, sincèrement je n'aurais pas une amie qui est accro à cette guitare, je me serais demandé à quoi elle ressemblerait :)

    1
    Mercredi 2 Septembre 2015 à 11:01

    Ton avis est bien tentant , je note ,j'aime beaucoup ce qui touche à la musique mêml si je n'y connais rien.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :