• L'Aube de la Guerrière (Vanessa Terral)

    L'Aube de la Guerrière (Vanessa Terral)

    Auteur : Vanessa Terral

    Edition du Chat noir

    Date de parution :  01 Septembre 2012

     4ème page de couverture : 

     

    « Marre de jouer les éboueuses ! De ramper dans les divers infra-mondes à traquer les monstres les plus tordus de la Création. Et maintenant, on nous envoie sans équipier, direct au casse-pipes ! Trop de boulot, qu’ils disent. Trop de manifestations. Il paraît que c’est à cause de la fin du monde. Quel monde, déjà, je ne sais pas trop... Mais quelle fin en plus ? ! On a déjà eu droit à l’éclipse de 1999, au bug de l’an 2000, à l’ère du Verseau qui s’est glissée quelque part là-dedans et maintenant à décembre 2012 grâce à cette connerie de calendrier maya ! N’importe quoi... 
    Remarquez, je devrais quand même me méfier ; je suis bien placée pour savoir qu’en matière de légendes, il n’y a pas de fumée sans feu. La preuve : moi, ça fait trois semaines que je suis un ange guerrier »...

     ..."À peine décédée, Solange est envoyée à l’armurerie divine. Le Livre de Saint Pierre a parlé : guerrière par prédisposition naturelle, mais ange sans grande valeur, elle ne sera d’aucune utilité dans la guerre qui oppose les siens aux démons. Autant l’utiliser près des Fosses, ces lieux dispersés dans les plans qui ont pour point commun d’abriter des Larves et autres créatures de cauchemar. Lesquelles ont une fâcheuse tendance à fuguer... Un job qui n’a rien de bien intéressant – à part une meilleure connaissance des différents types d’effluves méphitiques – jusqu’à ce qu’elle découvre que les démons aussi envoient des guerriers dératiser les abords des Fosses. Dont Terrence et Aghilas... ce dernier possédant le même Don qu’elle, un pouvoir très rare visiblement : le Feu des Ténèbres."

    Liens de Sang Tome 1 (Callie J. Deroy)

    Yem ou le combat d'une femme (Gilles Milo-Vacéri)

    Comment commencer correctement mon avis sans paraître trop enjouée ? Impossible, car dès la quatrième de couverture, je me suis dit qu’il fallait que je le lise. En parlant de couverture, je tenais à dire que j’aime toujours autant les illustrations de Cécile Guillot, j’en suis une très grande fan. Mais parlons plus de l’ouvrage en lui-même qui n’est autre qu’un petit chef d’œuvre pour ma part. J’ai aimé, non adoré la plume de l’auteure, Vanessa Terral, mais encore plus lorsque je me suis rendu compte que la plupart des scènes se situe à coté de Soissons, Laon pour être plus précise et le fait d’habiter proche de Soissons n’a fait que m’enjouer un peu plus. Sous son écrire fluide et descriptive, j’ai pu découvrir la ville de Laon d’une autre manière, tel un guide touristique qui vous emporte dans son sillage pour vous montrer les monuments sous un autre angle, j’ai été comblée de ce point de vue.

    Concernant l’histoire en elle-même, nous débutons avec Solange, morte depuis trois semaines, devenue un ange guerrier, vite, très vite, trop vite, mais bien qu’elle ne se sente pas à sa place dans les cieux, elle n’en demeure pas moins courageuse et forte, une vraie guerrière dans l’âme, surtout lorsque j’ai pu découvrir contre quoi elle devait se battre : des larves. Imaginez des limaces, c’est petit, c’est là, se trainant dans vos jardins, sur la pelouse, prenez-en une, virtuellement et grossissez-là, jusqu’à ce qu’elle fasse la taille d’une maison, non, plus gros encore qu’une maison, un immeuble de cinq étages. C’est visqueux, c’est ragoutant, immondes et pourtant, ces choses gluantes existent près des Fosses, pour traverser les divers mondes existants et tenter de les détruire.

    « Dans cette vésicule crevée qu’était l’avancée de la Fosse, la présence de la Larve occupait tout l’espace par des vagues nauséabondes de haine et de perversité qu’elle projetait sans même le décider. Elle débordait de cette énergie corrompue qui animait les créatures des abîmes. Je ne la distinguais toujours pas dans cette purée de lentilles, et ça ne me plaisait pas. Elle n’était plus très loin. Si j’en jugeais par le raffut et l’odeur suffocante à en frôler la nausée, j’aurais pu la toucher d’un jet de pierre – et du temps de ma force d’humaine avec ça. »

    Solange à beaucoup de qualités, mais surtout beaucoup de défauts, elle n’est pas parfaite, mais cela ne la conforte que parfaitement dans cette place qui ne semble pas être la sienne. Elle est bien entendu courageuse, amusante, réfléchie parfois et fera tout pour protéger ceux qu’elle considère comme ses amis, sa famille. Questions défauts, elle est têtue, insolente, un caractère qui s’emporte facilement, sans compter ses réparties blessantes. Solange est un personnage aux multiples facettes et tous ces cotés, ensembles, font d’elle un personnage hors du commun, surtout qu’elle à un don puissant, bien trop puissant pour un nouvel ange : le feu des Ténèbres. L’intrigue est bien plus complexe que la vie, ou l’après-vie de Solange contre les larves obscures, le bien contre le mal. Cela commence par le fait que notre héroïne va, à force de chercher pourquoi elle ne se sent pas à son aise, et ainsi créer une quête dans un univers riche en événements qui se feront rapidement et surtout qui se lisent tout aussi rapidement. J’avoue que j’ai pris mon temps à le lire, parce que je voulais le déguster, ce n’est pas tous les jours que l’on à une auteure qui manie si bien une plume légère, pleine d’humours et de sarcasmes confondues, sans oublier que la religion nordique, vénérant Freyja, est bien intégrée dans cette histoire, sans dénaturer ni l’une ni l’autre des religions déjà en place.

    L’auteure nous présente un paradis et un enfer bien différent de ce que les hommes, d’une manière générale voient. Il s’agit surtout de nous montrer comment cela fonctionne entre eux, et non pas ce qui devrait y être. Tout n’est pas totalement blanc ou noir, les nuances de gris sont bien présents, des doutes vont devenir acceptables, mais la vitesse à laquelle les héros vont être confrontés ne leur laissera pas le temps de savoir s’ils ont bien faits ou non. Les anges et les démons ne seront pas les seuls personnages qui font partis de ce livre, mais je n’en dit pas plus, pour ne pas dévoiler plus de détails, juste que des déesses seront présentes.

    En parlant des autres personnages, il n’y à pas que Solange de complexe. Le forgeron, Bel, va avoir une très grande place dans le cœur de notre ange, à vous de découvrir laquelle, mais ce forgeron va avoir vraiment un coup de cœur pour Solange et ses conseils seront très précieux et de plus, une histoire très amusante vous sera révélé sur ce forgeron sans qu’on s’y attende. Vint ensuite le guerrier, Aghilas. Ici, représenté comme LE démon par excellence, habitant avec Terrence, un Incube, dans un hôtel démoniaque sur la Terre des Hommes (autant le dire, vous le saurez très vite) et André qui les accueille donc. Ce dernier est particulier, important pour sa communauté et ferme souvent les yeux sur certaines choses, Quand à Terrence, je l’ai beaucoup apprécié, il est très bien travaillé, l’Incube dans toute sa splendeur, il est quasiment impossible à tenir dès qu’une femme se trouve à sa portée, mais dès qu’il y à besoin de bras pour lutter, il répondra toujours présent. Sa nature fait qu’il n’aura pas confiance en Solange, normal, elle fait partie du camp adverse, mais les choses peuvent changer, parfois. Revenons à Aghilas, ce démon à le même don que notre héroïne et cela va les rapprocher. Il sait se servir de ses capacités, contrairement à elle, mais cela ne l’empêchera pas de lui donner des conseils, même s’il est noir et elle blanche. Leurs passés sera dévoilés à tous les deux et je comprends beaucoup mieux les réactions de chacun : la peur de s’attacher, l’angoisse de ne pas être à la hauteur, la peur de gagner un combat en perdant un compagnon dans la bataille… En parlant de combat, Solange va apprendre et nous aussi par la même occasion (tiré de la quatrième de couverture) que les démons eux aussi, combattent ces larves ! Il ne faut pas oublier Hélèna, le petit tournesol et Aurore l’archère hors paire qui auront, tout comme le peuple des moissons-des-Aesir, une place très importante dans l’histoire.

    « Le fil délicat d’une flute trancha le tohu-bohu de la fête.Un instant de flottement, et tout se tut. Le boucan fut soufflé comme une maigre bougie. Il ne restait que cette note fragile, suspendue dans les airs. Elle laissa place à une autre, aussi légère, prête à mourir et vaillante pourtant. Une mélodie se coula à sa suite, faite de soupirs cristallins et retenus à la lumière des flammes, une silhouette marchait vers moi. Je devinai bien vite qui était le musicien : Terrence, aussi gracieux que tentateur, avec sa coiffure raffinée et l’éclat triste, si magnifique, pleine d’un désespoir transfiguré. Il jouait les pleurs du chagrin même et ma propre peine virevolta dans les sanglots de sa plainte éthérée. L’incube s’arrêta à quelques centimètres de moi… »

    Ce qui est vraiment appréciable, c’est le fait que chacun des personnages, secondaires ou non est travaillé de telle façon que j’ai pu le voir au travers des mots. Ils ont tous une place dans l’intrigue, ils ne sont pas là pour faire beaux, mais au contraire, une place pur chacun et plus les pages défilent, plus leur importance saute aux yeux. C’est également le fait qu’il ne s’agit pas de bons contre des méchants, comme j’aurais pu penser en imaginant les anges contre les démons, non, il s’agit vraiment de l’implication de chacun des camps d’une manière ou d’une autre contre un ennemi commun. C’est aussi l’histoire entre Solange et Aghilas qui les laisse se dévoiler tranquillement, sans pour autant oublier leur mission, amenant ainsi une évolution considérable pour notre ange. Ces prémices de sentiment ne sont, pour ma part, que le début d’une grande histoire, ce qui m’amène à me demander s’il y aura une suite, car les derniers mots écrits les laissent sous-entendre. Ce qui est beau dans cette relation, c’est tout simplement que la souffrance de l’un se répercute sur l’autre, apportant ainsi un écho que seul l’autre peut comprendre sans juger. Ce petit plus est tout simplement parfaitement intégré dans ce monde de chaos.

    « Il avança vers moi, posa un genou sur le lit et m’enjamba. Mon cœur rata un battement. J’avalai ma salive avec difficulté. J’avais l’impression que tout l’avant de mon corps était devenu glacé et que mon sang s’était retiré au chaud contre le matelas. Il me surplombait, tentateur, beau, puissant et sauvage. Sans que j’y pense, ma main valide se posa sur sa cuisse. Il tressaillit, me regarda bizarrement.
    - Tu ne devrais pas. J’ai besoin de mon entière concentration. Ta main me dérange.
    Il l’ôta, le visage toujours aussi neutre, les gestes surs et efficaces. Pourtant, il y avait une sorte de retenue dans ses gestes et lorsque je baissai les yeux, je sus à quel point il était tendu. Il surprit mon expression et s’abattit sur moi de manière brusque. »

    L’auteure tient son histoire jusqu’au bout d’une manière intraitable, avec beaucoup de métaphores qui donnent de la légèreté aux mots utilisés, entre trahisons et loyauté, espoirs et désillusions, chacun des éléments que Vanessa Terral nous donne est utilisé à un moment donné. Pas de détails inutiles, des dialogues qui apportent beaucoup de réponses, les combats avec ces monstres sont d’un tel réalisme que j’avais vraiment l’impression de les voir devant moi en pleine action. Je pourrais continuer longtemps comme cela, je n’aurais que des éloges à faire à cette auteure qui à su montrer une autre facette de l’enfer et du paradis, revisité avec humour et solennité. Deux mots pour finir : Lisez-le !

    Logo Livraddict

    babelio

    « Le Clan des Nocturnes, Jacob - T1 (Jacquelyn Frank)défi Novembre 2013 - 1000 pages »

  • Commentaires

    10
    Dimanche 10 Août 2014 à 17:45

    Donc c'est bon, tu fais partie des partenaires^^

    9
    Dimanche 10 Août 2014 à 17:31

    juste inscription validée. Merci ! 

    J'attends lol 

     

    8
    Dimanche 10 Août 2014 à 17:07

    Tu as reçu une réponse?

    7
    Dimanche 10 Août 2014 à 17:01

    j'ai postulé à leur programme de partenariat blogueurs ! peut être qu'avec un peu de chance :p 

    6
    Dimanche 10 Août 2014 à 17:00

    Oui, je me répète, mdr, va voir les éditions du chat noir, c'est THE maison édition en top liste chez moi winktongue

    5
    Dimanche 10 Août 2014 à 16:58

    tu te répètes mdr !! on le sais déjà que c'est un bon livre. Mathieu Guibé ? je connais pas non plus 

    4
    Dimanche 10 Août 2014 à 16:56

    C'est une auteure à lire, comme Mathieu Guibé, tous les deux sont vraiment à lire et l'aube de la guerrière est un très bon livre.

    3
    Dimanche 10 Août 2014 à 16:54

    non pas du tout :p 

    2
    Dimanche 10 Août 2014 à 16:42

    Oh oui, il est très intéressant !!!! xD Je ne vends pas du tout Vanessa là winktongue

    1
    Dimanche 10 Août 2014 à 16:37

    ah oui : Bel. Non, pas du tout le même que Haeresis. En tout cas, il a l'air intéressant comme ouvrage :) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :