• L'ombre du Phénix, tome 1 : Leaven (Lage Ender)

     

     Résumé 

     

    « La réalité est l’ensemble des phénomènes considérés comme existants effectivement par un sujet conscient. Voilà ce qu’est la réalité pour Leaven, 17 ans. La mort de sa mère est une réalité, tout comme l’idée de ne pas reprendre le chemin du lycée. Alors, lorsqu’elle change pourtant d’avis, elle ignore que son destin tout entier vient de basculer. Elle s’apprête en effet à faire une rencontre qui va bousculer sa vision de la vérité. »   
     

     Ma chronique 


    Je remercie l'auteur pour m'avoir proposé de redécouvrir ce premier tome de sa quadrilogie.

     

    Avant de débuter par l'histoire, il faut savoir que ce premier tome a été retravaillé, découpé d'une autre manière, ce qui signifie qu'il s'arrête ailleurs que la première version. Entre la couverture qui est totalement nouvelle et qui convient mieux à la singularité du récit et les  mots eux-mêmes, c'est une belle redécouverte que je vous propose.
     
     
    Leaven vient d'enterrer sa mère après un combat acharné de deux ans contre le cancer. Elle se retrouve seule avec son grand frère Dane et son père dans cette maison qui a connu autant de bonheur que de malheur. Malheureusement, les nouvelles ne sont pas bonnes et lorsque leur père leur annonce qu'il ne lui reste plus beaucoup de temps à vivre, la vie tourne au cauchemar pour les deux enfants. Si Leaven cherche du réconfort dans sa meilleure amie Lage, Dane va sombrer dans une dépression profonde, laissant cette même Lage (sa petite amie) s'éloigner, voire même la repousser. Les épreuves pour ces deux ados vont les faire murir plus vite qu'il ne faudrait et se retrouver au coeur de conflit. Car même si leur famille vole en éclat, la Terre ne cesse de tourner et ceux qui étaient des ennemis le restent malgré tout ce qui se passe. Le lycée, les amitiés, les amours, les points de repères volent en éclats pour ne pas dire qu'il ne reste que des miettes.
     
     
    Je dois admettre que j'avais quelque peu oublié certains détails, des circonstances et je me suis sentie toute retournée de ce qui arrive à cette famille qui n'avait rien demandé. Disons que n'étant pas dans une bonne période, j'ai eu des flashback de ce que j'ai moi-même vécu, la perte de ma mère, mon père qui a suivi, mon frère parti du mauvais côté, (je n'en dirais pas plus, car même si cela remonte à loin, les émotions sont encore présentes) tout cela pour dire que je me suis vu en Leaven, plus qu'à la première lecture. Les mots changent tout. Ne plus savoir où nous sommes, faire semblant, ne pas parler de certains faits même si nous en avons envie, garder des choses pour ne pas les entendre, ne pas souffrir plus que ce que nous ressentons déjà. Il ne s'agit pas de mensonge, mais de protection. Il faut savoir se protéger et le mieux est parfois de ne rien dire, de laisser couler, de faire croire que cela passera, alors qu'il n'en est rien. Ce sentiment que personne en peut comprendre, car il ne passe pas par le même chemin, et ainsi rejeter toute forme de compassion.
     
     
    Ne plus avoir de repères, perdre la tête, devenir quelqu'un d'autre. Leaven va passer par de nombreuses étapes, l'acceptation de la perte de sa mère, de la bientôt perte de son père. L'abandon de son frère qui préfère aller voir ses ennemis pour mieux ressentir le monde sous une autre forme, quitte à lui faire du mal. L'adolescence est une étape importante pour tous les êtres et devenir adulte en perdant ses repères est le meilleur moyen de s'accrocher à ce qui peut s'approcher d'un cocon. L'arrivée d'un nouvel élève aussi beau qu'un Dieu grec vivant va lui changer les idées, le temps de le voir. On ne parle pas d'oublier tous ces malheurs parce qu'il arrive, on parle d'un moment où Leaven met de côté sa tristesse pour tenter de remonter la pente. Chest est le type même du beau parleur qui me fait penser à trop beau pour être honnête. Quelques points m'ont fait tiquer sur lui et je garde en tête, surtout avec le final de ce premier tome, que je n'avais pas tort de me méfier de la beauté extérieure. Il arrive malgré tout à mettre du baume au coeur de Leaven qui est en miettes.
     
     
    C'est un chevalier, blanc, noir, rouge ? ça, l'avenir nous le dira, qui soulage Leaven sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte, jusqu'à ce qu'elle comprenne qu'il est derrière tout ce "bien". Aider son frère, l'aider dans sa "quête de vengeance" envers Ember qui lui pourrit la vie depuis ses 12 ans. Il faut dire qu'elle a de quoi la faire "chanter" sans vraiment que ce soit ces termes, car tout le monde est au courant de ce que Leaven a fait alors qu'elle avait cet âge. Depuis, Ember tient un blog sur Leaven, à croire que la première est jalouse de la vie de la seconde vu comment elle la suit partout et la prend en vidéo à tout bout de champ. C'est ça, les jeunes et les moins jeunes qui n'ont pas de vie intéressante qui s'occupent de celles des autres. Comme quoi, même dans le malheur les ennuis sont toujours présents et ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin. Entre Chest qui reste mystérieux sur son passé, dévoilant juste de quoi faire pleurer dans les chaumières lorsqu'un autre nouveau débarque et Leaven qui a besoin de soutien quel qu'il soit, la relation d'amitié-amoureuse prend le temps. Même si nous sentons qu'il aimerait plus, elle ne veut pas s'engager dans une relation de ce type, car elle beaucoup de problèmes à gérer.
     
     
    Chest me fait penser à ces hommes qui veulent un contrôle absolu sur tout ce qui les entoure et lorsqu'ils n'y arrivent pas, ils pètent un câble. C'est une sensation tenace sur ce personnage qui ne me lâche pas et la fin m'indique encore un autre phénomène à venir. Leaven est ballotée entre lui et le nouveau, Stryker (une petite envie de X-men peut-être ?) Un lourd passif entre les deux jeunes hommes qui font qu'elle se trouve entre son petit ami qui veut la protéger d'un autre dont elle ne connaît rien. Conditionnement ou non, elle fait son choix, en ne connaissant qu'un seul côté de l'histoire, mais comment lui en vouloir ? Elle perd tout au fil des mois, subit un harcèlement moral qui devient légèrement physique depuis des années, reste seule dans une grande maison où les souvenirs affluent et se raccroche à ce qu'elle peut. Dans son état de stress il est logique de penser qu'elle fait confiance à celui qui la protège et fait en sorte que ceux qui restent se reforme telle une vraie famille.
     
     
    Entre le lycée qui est aussi bien que le collège, à savoir un véritable nid à ennuis, il faut bien le dire, la jalousie, l'envie, la méchanceté, les groupes ou plutôt clans, le paraître, tout est fait pour que chaque ado qui doit devenir un adulte se sente au plus mal. Même s'il y a du personnel qui veille au grain, lorsque nous comprenons que toute la ville est quasiment sous le joug du maire (qui est pourtant gentil comme tout) il vaut mieux ne pas faire trop de vague (surtout quand ladite Ember EST la fille du maire...) Le récit parle de deuil familial, de drames, d'avoir envie d'être reconnu, d'avoir une appartenance quelle qu'elle soit et puis il y a ce soupçon de "bizarreries" qui met la puce à l'oreille. Qui est vraiment Chest ? ET Stryker ? Deux nouveaux qui pourraient être des tops models et qui se haïssent mutuellement ? Ce passé est intriguant, les mystères tournent autour de ces deux-là si intensément que nous ne pouvons pas faire autrement que de nous poser des questions. Pourquoi ? Pourquoi sont-ils là ? Pourquoi il semble que l'un ne va pas sans l'autre ? Qui sont-ils vraiment ?
     
     
    Comme je l'ai mis plus haut, quelque chose me titille l'esprit sans réussir à mettre le doigt dessus. Un amour qui semble trop parfait, une attente qui fait ronger les ongles et puis ce soir-là, cette fameuse soirée où, non tout ne s'éclaire pas, mais cela viendra. Cette soirée où justement ce qui coince montre son nez, ce fameux grain de sable et les vidéos qui ne cessent de montrer Leaven dans une position que personne n'aimerait. Cette fin fait ruer dans les brancards, grincer des dents et s'arracher les cheveux. Et je n'ai pas pu résister à lire les deux premiers chapitres du tome 2 avant d'écrire cette chronique. Je ne pouvais pas ne pas savoir ce qui allait se passer et par chance, le tome deux redémarre directement à la fin du premier. Leaven a beau avoir tout juste 17 ans, avec ce qu'elle vit elle est vite dans le bain du jeune adulte, en devant travailler pour se nourrir et garder la maison, continuer à aller au lycée, tenter de reprendre une forme humaine et éviter les allers-retour à l’hôpital.
     
     
    En plus de ces personnages, nous avons également Lage, meilleure amie de Leaven et amoureuse de Dane, le fameux grand-frère qui a complètement abandonné sa sœur. Nous n'avons que les pensées de Leaven dans ce premier tome, ses actes, ce qu'elle ressent, ce qu'elle fait, donc nous avons sa rancœur et nous comprenons parfaitement bien qu'ils n'arrivent plus à se parler. La douleur est trop forte pour l'un comme pour l'autre et pardonner semble vraiment difficile. Bref, concernant Lage, elle est une véritable amie comme on peut s'y attendre. Elle sait écouter, réconforter et ne pas prendre d'avis tranché sur certains points. Contrairement à Leaven elle connaît son pouvoir de séduction et aimerait que sa meilleure amie remonte la pente, que ce soit avec un garçon ou non. Et lorsque Chest apparaît, c'est tout juste si elle ne la jette pas dans ses bras. Elle est aussi de bons conseils et comprend parfaitement bien qu'une petite ville comme la leur est à la fois dramatique, dans le sens où tout le monde sait ce qui se passe chez les autres, et elle est à la fois soudée pour les mêmes raisons. Lage est solidaire avec Leaven et si l'une tombe, l'autre la défend puis la relève. Une très belle amitié qui me fait dire que quelqu'un va surement en profiter un jour.
     
     
    Toujours est-il que la fin m'a fait peur (d'où les premières pages du tome 2 lues juste derrière, impossible de me coucher sans savoir) Le bonheur semble fuir la famille de Leaven et c'est à se demander si le peu de lumière viendrait bien d'un personnage. En attendant, la pluie est toujours là, tout comme les orages, la noirceur et les esprits qui s'échauffent. Car au-delà de la vie de Leaven, un meurtre a été commis dans cette petite ville, un vol dans une pharmacie d’hôpital, quelques bagarres d'étudiants qui mènent sur un chemin tortueux. Il vaut mieux ne pas avoir un passé sombre pour découvrir ce premier tome, autrement il vous faudra des mouchoirs (ou renifler ce qui n'est pas terrible) lors de certaines scènes poignantes. Les personnages sont bien décrits, leur caractère aussi et le fait qu'il n'y a que Leaven qui se dévoile sous nos yeux nous laisse avec une envie de découvrir se qui se cache derrière les hommes de cette histoire : Dane, Chest, Stryker...
     
     
    En conclusion, un premier tome que j'ai apprécié énormément qui m'a fait prendre conscience que la vie est celle que nous choisissons et nous devons faire avec les cartes que l'on a. Le côté surnaturel est extrêmement léger, je me demande même si ce n'est pas mon imagination qui le joue des tours sur ce récit. Les nombreux mystères autour des personnages sont attirants et intrigants. Les obstacles sont là pour nous montrer un chemin, à nous de décider si nous devons le prendre ou non.
     

     Extrait choisi : 

     
     
     «— Tu veux dire que…
    — Je veux dire que.
    — Mais alors pourquoi tu voudrais faire ça avec moi… si vite ?
    — Tu me rends dingue, tu ne le vois pas ? Toi et moi, c’est différent de tout ce que j’ai connu.
    Je le dévisageai un instant avant qu’un grand sourire béat ne fende mon visage. Chest m’embrassa une dernière fois, puis prit la direction de la sortie.
    — De toute façon, tu finiras par dire oui, me garantit-il avec un clin d’œil.
    — Ne sois pas si sûr de toi, le défiai-je, une main sur la hanche, tandis qu’il sortait sur le perron. Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, ma vie est un grand chantier actuellement, et pour être honnête, c’est pareil dans ma tête. Je ne veux pas que tout s’effondre d’un coup. Par ailleurs, je n’attends pas d’une relation qu’elle tourne uniquement autour du sexe.
    Est-ce que j’avais vraiment formulé cette phrase ? Même Chest haussa les sourcils au moment où je prononçai les derniers mots. Mais j’avais besoin d’énoncer cette décision tout haut. Je voulais qu’il comprenne que je ne plaisantais pas. J’estimais qu’il était encore beaucoup trop tôt pour envisager de passer à la vitesse supérieure...
     »

     

     

    « La meute de Régent's park, série (Annabelle Jacobs)Visions #2 : les serpents (Vincent Morrone) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    10
    Kim
    Samedi 27 Février à 11:56

    ça a l'air pas mal du tout !

      • Samedi 27 Février à 17:17

        Franchement j'ai beaucoup aimé, ça se voit hein xD

    9
    lheuredelire
    Vendredi 26 Février à 21:35

    Pourquoi pas à l'occasion :)

      • Samedi 27 Février à 17:16

        Chouette ! J'espère que tu tomberas dessus :)

    8
    Vampilou
    Vendredi 26 Février à 16:30
    Eh bien pourquoi pas, ton avis est intrigant !
      • Vendredi 26 Février à 17:35

        Merci beaucoup pour elle :) J'espère qu'il te plaira !

    7
    Vendredi 26 Février à 15:55

    Ca m'a l'air assez intense niveau émotions ce roman. La couverture m'a directement fait penser à Twilight par contre...

      • Samedi 27 Février à 17:16

        L'histoire est plus sombre que twilight et pas de loups ou de vampires, en tout cas pas dans celui-là ni dans le suivant, mais c'est autre chose de plus intéressant :)

      • Vendredi 26 Février à 20:20
        Ça m'a aussi fait penser à "Twilight" (la couverture sombre, avec juste le rouge pour couleur...") ;-) Mais l'histoire a l'air assez différente (quoique je n'ai jamais lu aucun de ces romans).
      • Vendredi 26 Février à 16:15

        Je n'en ai pas parlé de Twilight, mais il y a quelques références et puis à la fin l'auteur en parle :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :