• La dame aux papillons (Jess Swan)

     

     

    La dame aux papillons (Jess Swan)

     

    Le fils du diable est un ange, tome 1 (Kate Oliver)

     

    Auteur : Jess Swan

    115 pages numérique

    Thèmes : Historique, Romance,

    Horreur, Fantastique

     

      *******


     

     Résumé :

    « Port Royal, 1815.
    Violet Sorrow, née d’une Créole et d’un Anglais, ne se tient plus de joie! Elle va enfin rencontrer la famille de son défunt père et visiter la lointaine Angleterre, dont son père lui a tellement parlé. Mais quand elle arrive sur place, elle reçoit un accueil mitigé. Son cousin germain Andrew, ce jeune homme exécrable qui passe ses journées à boire, semble la détester, alors que sa cousine Constance l’enchante par son caractère joyeux et spontané. La société anglaise est-elle aussi parfaite qu’elle l’avait pensé ? Et quel secret cache aux yeux du monde William, l’oncle de Violet ? Les apparences sont parfois trompeuses, ce que notre héroïne apprendra aux détours d’un récit gothique où la folie côtoie une antique mythologie… Sans oublier un soupçon de romance.
     »   

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    La dame aux papillons (Jess Swan)

     

    Je remercie déjà Jess pour m'avoir fait parvenir son livre (oui, j'ai capté après l'avoir reçu de la maison d'édition Artalys, que je remercie également.) Le choix était plutôt rapide, car la couverture est simple mais juste comme il faut et le résumé tentant, même si je ne verrais plus jamais les papillons de la même manière.

     

    1815... Port royal... Angleterre... Violet est une jeune femme dont la mort de son père anglais va bouleverser sa vie à Port Royal avec sa mère dite indigène. Elle se retrouve à être invitée en angleterre par la famille de son père qui les a renié, afin d'apprendre à la connaitre. Si son oncle et sa cousine sont enjoués à l'idée de la voir, ce n'est absolument pas le cas d'Andrew qui lui ne rêve que d'une chose : la voir disparaitre de ces lieux! Mais sous cette apparence gentillesse se cache un secret de famille lourd à porter.

     

    Du départ, l'histoire est intéressante, dans le sens où je me demandais ce qui allait arriver à Violet. Les mots se suivent et nous emportent dans un univers réaliste, une Angleterre hautaine, qui n'aime pas les changements, qui n'aime pas les mélanges tout court. Une réalité affolante de l'époque retranscrit comme il se doit dans cette œuvre : la place des femmes dans cette société qui n'ai pas celle que nous avons à ce jour. Le récit mélange l'historique à une romance légère en surface, pour se mêler à cette dose de fantastique qui se sent, mais ne se voit pas de suite.

     

    Violet est une jeune femme qui est assez naïve sur certains points, mais qui comprend très bien la situation de sa mère et la sienne par dessus le marché. Ne connaissant pas les bonnes mœurs et la manière de se tenir en société, les convenances, elle fera des faux pas sur le navire qui l'amène en Angleterre, mais qui la rende attachante. Elle est simple, ne cherchant pas à attirer le regard sur elle, aimant la vie, la croquant à pleine dents, tout simplement. J'ai beaucoup aimé sa mère qui, par la force des événements va se séparer de sa fille, son unique enfant, pour qu'elle soit heureuse, malgré son côté très protectrice. La rencontre entre un certain Edouard, Vicomte de son état rendra Violet encore plus attachante, même si rien ne se passe entre eux. Elle fait elle-même barrage de ce qu'elle pourrait ressentir pour lui.

     

    « — Lorsque nous étions en mer, vous m’appeliez Edward…

    — Les choses ont changé… soupira Violet avec une pointe de regret.

    — C’est ce que j’ai constaté, vous voilà presque devenue une de ces insipides roses anglaises qui ne savent parler que lorsqu’on les interroge », ironisa Edward.

    Le sourire de la jeune fille mourut et il pressa doucement sa main.

    « Pardonnez-moi, je ne peux qu’imaginer ce que vous expérimentez depuis votre arrivée. Cependant, j’avoue être surpris… »

    Violet se tourna vers lui, dans l’attente de la suite, et il expliqua :

    « Lorsque je me suis présenté à la porte de votre oncle, je m’imaginais tel un chevalier blanc venu vous tirer des griffes d’une maisonnée bourrée de préjugés à votre égard. Je réalise avec stupeur, plaisir et je l’avoue, une pointe d’égoïste déception, que la vérité est tout autre. Votre oncle semble avoir revu une grande partie de ses opinions les plus farouches. Et quant à votre cousine, elle est l’une des plus charmantes jeunes femmes qu’il m’a été donné de rencontrer. »

    Le cœur de Violet se pinça douloureusement en entendant les derniers mots mais elle sourit.

    « Constance est merveilleuse, elle m’a accueillie à bras ouverts dès le premier jour de mon arrivée. »

    Les yeux bleus d’Edward la délaissèrent pour se poser sur sa cousine et le cœur de Violet se serra un peu plus. Sa main fine se détacha légèrement du bras de son compagnon et elle détourna le visage, faisant mine de contempler les fleurs. »

     

    Quant à la famille, oncle et cousin/cousine, disons que le résumé donne déjà des détails, mais il faut garder en tête que tout ce qui se voit, se lit n'est pas forcément la vérité. Constance la cousine est une fragile fleur qui n'hésite pas à jouer de son état de faiblesse pour obtenir ce qu'elle désire, un personnage qui m'a fait froid dans le dos à certains moments. Andrew est soit alcoolisé, soit agressif et brutal. Malgré cela, j'ai ressenti qu'il avait une peine immense, mais pour qui ou pour quoi? Réponse à la fin du livre :p. Quant à son oncle William, il est lunatique : un coup "jevaisbientoutvabien", un autre "froid", à un autre "calculateur". En bref des personnages travaillés qui ne semblent pas être ce qu'ils sont réellement.

     

    « Une semaine se passa, et la vie reprit son cours normal. De temps à autre, les cris de rage d’Andrew, retenu contre son gré, qui semblaient venir d’une autre aile de la demeure, parvenaient aux oreilles de Violet. Mais William et Constance ne semblaient pas les entendre et Violet se résolut à calquer son attitude sur la leur. Elle se laissa alors bercer par le charme de l’été anglais et par les attentions subtiles mais répétées que sa famille avait à son égard. Néanmoins un événement marqua le terme de cette période bucolique : une invitation à un bal, provenant du vicomte Norrington et portée à l’intention des deux cousines. Constance s’en saisit avec ravissement.»

     

    Que dire à part que j'ai beaucoup aimé le contexte, les personnages, l'intrigue qui ne se dévoile pas d'un coup et la façon dont l'auteur écrit. L'époque, les différences – quelles soient raciales ou sociales – le fait d'entrapercevoir l'avenir de chacun des personnages, tout m'a semblé plus que réaliste jusqu'à un certain point, bien entendu. La fin est une bonne grosse surprise, je m'attendais à beaucoup de choses, mais pas à CA ! J'aurais juste aimé un peu plus de "fantastique" dans le récit, disons plus éparpillé dans le récit, mais cela ne gâche en rien la lecture et n'engage que moi. Un récit court, prenant et très agréable à suivre. En d'autres termes, il faut le lire pour comprendre toute la subtilité de l'auteur dans le texte et voir jusqu'où Jess nous emporte dans une noirceur inimaginable.

     Logo Livraddict

    babelioDéfis sur Fb

     

    « Avril 2015 - défi de l'annéeQuatrième de couvertures - Les lutins Urbains »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :