• Le Conte des Sept Chants, tome 2 : La quête (Cécile Ama Courtois)

    Le Conte des Sept Chants, tome 2 : La quête (Cécile Ama Courtois)

     

     Résumé 

     

    « Après l’attaque de l’Ombre et l’invasion, puis le siège, des Hordes de Mörk Örn, tout espoir semble perdu en Edheldôr. La promesse du Seigneur Elgard de rassembler une armée de coalition au sein des peuples de l’ouest permet à peine de songer à un éventuel salut. Mais dans combien de temps ? Et combien de temps avant que Gahavia tout entière devienne la proie du Seigneur Noir, replongeant l’Ambar Neldëa dans le chaos et les ténèbres ? À moins qu’une étrange mélodie… Trois champions… Sept gardiens… Un mage et un oracle… »   
     

     Ma chronique 

     
    Je remercie Cécile pour cette suite (qui était dans ma tablette depuis un moment).
     
     
    Alors, oui j'avais ce tome 2 dans ma tablette, mais au vu de mes soucis de noeioeil, un changement de lunette (en progressif ouinnnnnnn) j'ai perdu du temps sur le numérique (et Déesse sait que j'en ai d'avance, heureusement je sais refuser maintenant). Place donc à ce tome 2, avec une fin de tome 1 où la guerre était plus que déclarée, des hordes de méchants sont déjà en train de massacrer des gens un peu partout sur Gahavia. Gahavia est une planète où vivent de nombreux peuples en paix, oui, enfin ça c'était avant ce début de tome. Cette planète si belle de part de nombreuses terres différentes, même si les peuples ont eu un passé douloureux, ils ont su mettre de côté leur rancœur pour que la paix soit... universelle. Malheureusement, les ténèbres sont bien plus qu'aux portes des villes, certains sont déjà bien placés et la planète risque fort de sombrer.
     
     
    Dans le premier épisode, car on pourrait les voir tel des films, Edoran était parti avec une délégation afin de présenter un livre sacré. Une étape importante pour ce chevalier qui va découvrir un autre monde. Lui qui était si insouciant, aimant la vie et la croquant à pleines dents s'est retrouvé au cœur d'une guerre terrible avec ceux qui sont devenus ses amis. Des pertes, la tristesse l'envahit comme la plupart des personnages. La guerre est fourbe, les monstres sont nombreux et toujours plus virulents. Rien ne leur sera épargné. Je ne m'amuserais pas à raconter ce qui se passe, aussi bien dans le premier que dans ce second volet. Les peuples sont démunis, jusqu'à ce que la Haute-Reine reprend les rênes de la magie. Pas seule bien évidemment, mais les conditions font que tout aide est bonne à prendre. Et c'est dans le personnage du mage Hermanus que cette aide providentielle va relancer le combat.
     
     
    Cette quête des sept chants est une aventure exceptionnelle et une évolution tout aussi exceptionnelle pour les personnages. Une nouvelle délégation se forme, car ce n'est plus un livre qui sera présent, mais une recherche de ce qui va tous les sauver : les chants, les notes de musiques que nous connaissons du solfège : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La et Si. Chacune de ses notes à un passé, une explication, ce n'est pas juste des lettres, mais de véritables chants pour chacun des peuples qui ont reçu le don de l'un de ses chants. Cette quête par des temps troublés n'est absolument pas simple, il va falloir réunir des héros du nombre de trois : le protecteur, le double et l'inattendu (oui, avec cela, vous allez aller loin xD) Trois personnages qui ont montré leur talent d'une manière ou d'une autre que seul l'Oracle peut trouver et les appeler. L'Oracle qui sera tout aussi important que les autres protagonistes, car il va également partir avec eux, accompagné de Hermanus. Rechercher les porteurs des chants devient plus que vital et si le Do d'Hermanus l'a quitté, qui ne dis pas que les autres ont également fuient ?
     
     
    Edoran fait bien entendu partie de cet ensemble. Le jeune loup enjoué de découvrir le monde a subit de nombreuses pertes. Son mental n'est plus le même, par moment il a les yeux dans le vague. Son amour pour sa famille, ses amis, son peuple, il le garde en lui, faisant ce qu'il faut pour aider les Elfes, même si la plupart d'entre eux le voit comme un vulgaire loup capable de tuer n'importe qui dans son sommeil d'une lame bien affûtée. Le courage dont il fait preuve dans les nombreuses étapes de cette quête ne fait que le rendre meilleur. Un homme-loup exceptionnel qui, bien que son coeur bat fort pour un autre personnage, n'oubliera pas qu'il est un chevalier, un guerrier et que son devoir passe avant ce qu'il peut ressentir. L'auteur montre son évolution, comme celle des autres personnages sur tous les plans : mental, physique, amoureux. Edoran va jusqu'au bout de ses forces, son mental est d'acier et Cécile est une sacrée coquine. J'ai cru perdre les battements de mon coeur à la fin du chapitre 11 ! Enfin, je m'en suis remise de mes émotions, tout du moins de celle-là, parce qu'il est impossible de ne pas ressentir quelque chose tout le long du récit.
     
     
    Edoran attire les alliances, avec d'autres métamorphes, tel Thésis qui a de grandes capacités, mais aussi d'autres hommes et femmes de cette trilogie. Les passages où ils se retrouvent tous les deux pour aller au secours de l'un des leurs sont importants pour les comprendre. Deux guerriers, solidaires quoi qu'il en coute, jusqu'à peut-être obliger l'un ou l'autre à faire fuir l'autre pour la survie de celui qui peut s'en sortir. Leur complicité est telle deux frères de sang qui n'ont plus besoin de se parler pour se comprendre. Thésis est courageuse, prête à tout pour cette quête et pour les royaumes. Différents, ils le sont tous, mais le même but dans leur coeur : détruire ces monstres qui s'infiltrent partout afin de vivre de nouveau en paix. L'auteur nous offre des personnages qui ont eu un passé sombre, tel le nain Olbur, ou encore une vie cachée telles les ondines. Olbur est un sacré boute-en-train qui a sa place, même s'il ne la voit pas de suite. Son franc-parler oblige les autres à lui répondre de la même manière et cela peut donner des moments de joutes verbales piquants et amusants.
     
     
    Saraë est devenue une jeune femme qui doit choisir quoi donner, quoi montrer. Son rôle a pris de l'ampleur, et son devoir doit toujours être mis en avant. La situation est telle qu'elle en peut pas laisser son cœur s'exprimer comme elle le voudrait. Ce second tome l'a transforme terriblement, son statut l'oblige à faire des choix qui lui brise le coeur, mais elle se doit d'être forte. Sa magie est puissante et nous en prenons réellement connaissance lorsqu'elle nous raconte comment elle a pu tenir de cette façon. Comment elle a réussi à se protéger, mentalement. Cette jeune femme ne démérite pas, bien au contraire et arrivé à la fin, son changement est d'autant plus flagrant : elle est devenue plus dure et fera tout pour réussir cette quête de paix. Grâce aux anciens et nouveaux personnages, le récit prend de l'ampleur et nous délivre un peu plus de chacun de ces peuples. De plus, la recherche des chants est perturbé par un enlèvement qui va prendre au dépourvu tous les personnages concernés. Comment les ténèbres ont pu réussir ce coup de maître ?
     
     
    En parlant de ténèbres, nous découvrons beaucoup plus sur les Hordes de Mörk Örn et ce qui se cache derrière ces mots. Nous allons de découvertes en terreur où il vaut mieux ne pas être pris en griffes, car cela signifie la fin d'une manière peu recommandable. C'est une imagination débordante que l'auteur nous offre sur un plateau. Entre les nombreux personnages et les créatures telles des dragons (J'adore les dragons, alors là avec T. je suis conquise) et bien d'autres inventées totalement. Le monde crée aussi est terrible et la façon d'y accéder est impressionnant et super ingénieux. Il en faut du courage pour réussir à passer de l'autre côté et de revenir ! C'est un tome très riche, encore plus que le premier qui était déjà bien imposant apportant à la fois des questions, des réponses et d'autres attentes pour la suite. Les sept chants, les créatures imaginées décrites avec soin, les contes sur chaque chant, le combat toujours en place qui est entendu à chaque coin de Gahavia, c'est un ensemble qui nous emporte ailleurs le temps de la lecture et même après.
     
     
    Surprises, trahisons, batailles, rien ne sera épargné au nouveau groupe formé qui doit tout faire pour récupérer les chants. L'amour est présent, mais n'a pas le droit de se montrer. La personnalité des personnages est travaillée durement pour qu'ils n'oublient pas qui ils sont et ce qu'ils doivent faire, car les démons de l'Ombre, eux, n'oublient pas qu'ils sont prêt à enfoncer la dague dans le cœur de chacun de ces bons samaritains. La musique adoucit les mœurs, le Seigneur noir ferait bien d'en écouter un peu plus ! J'aime beaucoup le titre de la trilogie, il prend tout son sens dans ce second tome et probablement dans le dernier. Les explications nous entraînent sur une partition de musique afin de créer une chanson commune : celle de l'amour, de l'amitié, de l'acceptation de la différence. Si sur ce dernier point nous avons des personnages qui ont oublié de faire profil bas, d'autres apprennent à écouter et chercher à comprendre qui est derrière une apparence, un nom, un rôle. Vivre ensemble est un point crucial où chacun doit apprendre à ne pas empiéter sur le territoire de l'autre afin de laisser un espace intime, mais aussi à être prêt si besoin de se défendre.
     
     
    Les épreuves sont nombreuses et difficiles, car il y a toujours des choix à faire, pour le plus grand nombre. Les traversées des terres ne se font pas sans mal et si dans le premier tome il n'y avait pas eu des alliances, alors cela aurait pu être pire. Je n'ai pas eu besoin de relire le premier tome, ni même de jeter un œil sur ma première chronique, Cécile sait remettre en mémoire les événements sans pour autant en faire des tonnes. J'ai eu l'impression de vivre le récit comme si je regardais un film, à savoir avec des passages qui m'énervaient parce qu'ils coupaient certaines scènes pour mieux y revenir. Avec cette envie d'appuyer sur le bouton d'avance rapide, mais j'aurai été obligé de revenir en arrière pour suivre les autres personnages. Et cette fin qui nous indique que le combat va être grandiose, que nous allons forcément pleurer parce qu'une guerre ne se fait pas avec des bisounours, même s'il y a des licornes. Je pourrais continuer à parler de ce second tome, mais le mieux c'est de le lire !
     
     
    En conclusion une quête qui a su approfondir terriblement les personnages. Leur évolution est flagrante, les créatures sont nombreuses, les méchants sont terrifiants. Les descriptions des lieux nous emportent auprès des personnages et de l'Unique, car ce dernier qui sait tout sur tout est omniprésent. J'ai hâte de connaître la fin de cette fabuleuse trilogie !  
     
     

     Extrait choisi : 

     

     « À leur arrivée aux portes du royaume d’Aldur Poing d’acier, Edoran, Saraë, Hermanus, Thésis, Olbur et Aromë découvrirent qu’ils étaient attendus par toute une armée de nains aux traits durs et figés. Ces derniers se dressaient entre le groupe de voyageurs et l’arcade rocheuse matérialisant l’entrée de leur domaine. Ils formaient une espèce de masse compacte et grise, constituée de cottes de mailles, de barbes et de haches. Les petits guerriers avaient l’air statufiés, néanmoins Edoran ne douta pas un instant qu’ils fussent on ne peut plus réels et vivants… et dangereux. Le lycante avait combattu aux côtés de leurs semblables sur le Palar Tàra. Son ami Dragsen, Sonja, l’étonnante forgeronne-guerrière, Durban, l’imposant chef de la guilde des mineurs, et tous les autres… Il avait pu constater leur discipline, leur courage et leur force. Leur sauvagerie aussi, lorsque l’espoir s’amenuisait. Quand ils n’avaient plus rien à perdre, les nains devenaient incontrôlables.
    Le sentier que les compagnons avaient gravi débouchait sur une vaste terrasse naturelle d’environ cent mètres de long sur presque une cinquantaine de large. C’était un cul-de-sac. Nul autre passage ni chemin que la porte des cavernes n’en repartait. »

     
     

    Le Conte des Sept Chants, tome 2 : La quête (Cécile Ama Courtois)

     

    « La chance de ne pas en avoir (Sylvain Guillaumet)Apocalypse Riders, tome 1 : Le tanneur (Borya Zavod) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    11
    Dimanche 13 Juin à 15:03

    Miam, tu me donnes trop envie de découvrir la série <3 

    10
    Kim
    Dimanche 13 Juin à 10:31

    Top que ça te plaise !

      • Dimanche 13 Juin à 14:49

        Oh que oui, je sais que ce n'est pas ta came, mais ce n'est rien j'adore et je suis heureuse de les faire découvrir !

    9
    Dimanche 13 Juin à 00:07

    J'en ai pas mal entendu parler alors pourquoi pas !

      • Dimanche 13 Juin à 14:47

        ça c'est cool, j'espère que tu te laisseras tenter :)

    8
    Vampilou
    Samedi 12 Juin à 18:35
    Je vais bientôt m'attaquer au premier, il me tarde !
      • Cecile Ama Courtois
        Dimanche 13 Juin à 20:04

        Il me tarde aussi !! ;)

      • Samedi 12 Juin à 19:06

        Le premier est bien, mais le second (celui-là) est encore meilleur :p

    7
    Vendredi 11 Juin à 15:42
    Cecile Ama Courtois

    La vache ! Tu m'as encore fait pleurer !!
    Je suis trop trop contente de lire une chronique comme celle-là ! Elle me rassure parce que tu as saisi et ressenti ce que j'avais essayé de faire passer. Les rappels au tome 1 : suffisants et pas lourdingues, la manière cinématographique de lire le roman, l'évolution des personnages, le tournant beaucoup plus sombre que prend l'histoire...
    Au vu de ce que tu as dit, je pense que le tome 3 va être un truc de folie...
    Merci 1000 fois pour ce retour !!

    Bises

    Cécile Ama Courtois

      • Vendredi 11 Juin à 15:53

        Je l'attends de pied ferme ce troisième tome, pourquoi crois-tu que j'ai mis du temps à le lire celui-là ? Parce que je me doutais bien que la fin du 2 allait me ronger les sangs xD

        Très heureuse que ma chronique te plaise à ce point, promis, la prochaine fois j'offrirais des mouchoirs xD

        Bises :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :