• Meurtres à Château-Arnoux, tome 2 : Venise Pourpre (Gilles Milo Vacéri)

     

    Meurtres à Château-Arnoux, tome 2 : Venise Pourpre (Gilles Milo Vacéri)

    Un homme de parole (Jérémy Semet)

    Auteur : Gilles Milo-Vacéri   

    276 pages numérique

    Thèmes : Policier - Thriller

      *******

    Fait partie de la duologie

    Meurtres à Château-Arnoux

    de Gilles Milo-Vacéri

    4ème de couverture :

    « Un automne sanglant s'abat sur la commune provençale de Château-Arnoux: deux morts sont retrouvés dans la mairie, alors que des tableaux ont disparu.

    Devant des indices troublants, la Section de Recherches réclame des renforts et Paris missionne Enzo Battista, commandant de l’O.C.B.C. et spécialiste des oeuvres d'art, pour éclaircir cette sombre affaire.
    Mais l'enquête s'avère plus compliquée qu'il n'y paraît, avec des ramifications à l'étranger, et l'opération Venise Pourpre s'amorce...

    Entre révélations qui s'enchaînent et spectres ressurgis de la Seconde Guerre mondiale, Enzo et son lieutenant Marania Le Goff vont avoir fort à faire s'ils veulent en sortir indemnes. »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Meurtres à Château-Arnoux, tome 2 : Venise Pourpre (Gilles Milo Vacéri)

     

    Je remercie de nouveau les éditions Nelson District, ainsi que l'auteur, Gilles Milo-Vacéri pour l'envoi de cette suite.

     

    J'avais adoré la première partie et en fait, la seconde est encore meilleure. La fin du premier volume était terrible dans le sens où nous étions en plein suspense, dénouement arrêté, bref dans une situation impossible où j'avais besoin de savoir la suite. Et la voici donc :

     

    Enzo, son assistante, ainsi qu'un collègue se retrouvent dans une situation qui n'est pas réglementaire. De fil en aiguille, nos trois policiers vont réussir à démener toute cette affaire sombre, mais à quel prix ?

     

    « Il se leva et écrivit en rouge.
    Emballage des objets d’art = Départ dans l’urgence
    DONC récupération des onze copies = mêmes raisons
    DONC POURQUOI LE DUC N’A PAS CONSERVÉ LES TOILES CHEZ LUI ?
    Enzo ne se rendait pas compte du temps qui passait et c’est en voulant se verser une tasse de café qu’il réalisa que sa thermos était aussi vide que son paquet de cigarettes, ce qui le fit revenir dans la réalité brutalement.
    — Zut ! »

     

    Ce tome est très prenant. Beaucoup de cavalcades, de poursuites, de changement de pays. La police Italienne qui se met dans l'histoire, sans oublier les méchants du premier que l'on revoit avec beaucoup de délice ici. En parlant de ces méchants, j'ai adoré lire leur manière de fonctionner. Le respect envers la famille, les femmes, les morts, bref, c'est un tout. Le code de l'honneur se doit d'être respecté, auquel cas, il vaut mieux savoir disparaitre pour toujours. Je m'étais demandé le rapport entre le tout premier chapitre du tome 1 et le vol de tableaux, ainsi que les meurtres de deux personnes. Et à force d'avancer, de recoller les morceaux de puzzle et de combler les trous, Enzo va trouver lui, le lien qu'il peut y avoir. Un lien qui est complexe, difficile à cerner et surtout qui remonte à très loin.

     

    On en découvre beaucoup plus sur Enzo et son passé. Plus les pages se tournent et plus ce qui lui est arrivé devient pesant. Il ne cesse de se mettre dans des situations improbables comme s'il voulait se prouver quelque chose, comme si... La vie n'avait plus la même saveur qu'avant, mais avant quoi ? Bien entendu, nous avons le fin mot de l'histoire et l'auteur a bien faillit m'avoir, mais j'ai tenu bon, pas de larmes, mais ce n'était pas loin. Cet homme est une véritable teigne : dès qu'il a une idée, il ne lâche rien. Que se soit ses supérieurs, les adversaires, les suspects, rien ne sera mis de côté tant qu'il n'aura pas le fin mot de l'histoire. C'est un chieur de première, têtu, obstiné, mais malgré tout cela, c'est un véritable cœur pur. Il pense d'abord aux autres avant de penser à lui.

     

    Marania est une jeune femme qui a beaucoup de caractère et son humour rejoint bien celui de son supérieur Enzo. Ils adorent taper sur les nerfs de leur supérieur. Tous les deux ont une sacrée complicité qui les font avancer à grands pas. Bien que lui préfère se taire et garder ce qu'il a trouvé pour lui, jusqu'au dénouement, Marania n'en fera pas cas et au contraire, elle va garder foi en lui et lui apporter toute son aide pour coincer ceux qui ont volés et tués.

     

    « Enzo n’avait rien perdu de son humour même s’il était très concentré sur ce qui l’attendait. Son lieutenant l’observait.
    — Franchement, Enzo, tu aurais pu faire un effort !
    Si elle avait réussi à lui faire enfiler un costume avec beaucoup de mal, il avait refusé de se raser sous prétexte qu’il n’avait pas le temps. Finalement, s’il portait toujours sa veste, il avait déjà déboutonné les deux premiers boutons de sa chemise et le nœud de cravate pendouillait lamentablement.
    — J’ai fait un effort, je suis en costard, c’est bien, non ? »

     

    Le passage en Italie est tendu, mais c'est le moment que j'ai préféré. Des hommes d'honneurs, voila ce que j'ai pu en tirer, mais c'est bien plus encore. Le respect n'est pas un vain mot dans ces lieux. Par contre Enzo prend cher, vraiment très cher. Je me suis même posé la question de savoir s'il allait rester entier.

     

    En bref, beaucoup de rebondissements et d'actions. Une intrigue bien ficelée, avec des personnages construit, non pas à la perfection, mais humain. Bien entendu, je n'ai pas parlé des autres protagonistes, mais j'ai beaucoup aimé Don Perigioni, Maria Louisa Calponelli, Nathan Cohen, Sam et Helen... Tous ont une grande part dans l'histoire et apporte ce petit plus pour être emporté encore plus vite. Une lecture fluide, des termes technique et un sacré remue-ménage entre les personnages. Une enquête policière qui existe sous deux formats : numérique en deux tomes, ou papier en version intégrale, il ne reste plus qu'à choisir celui que vous préférez. Dans tous les cas, j'aimerais bien avoir une suite sur Enzo et Marania !

     

    « — Mon supérieur hiérarchique, le commissaire divisionnaire Jean de Maison-Neuve, le fameux patron de l’OCBC à Paris. L’homme qui me supporte, ou peut-être l’inverse.
    Nouveaux rires. De Maison-Neuve lui sourit et hocha la tête.
    — Rien à faire, Battista, vous n’êtes pas fichu de vous habiller convenablement même pour une telle journée...
    Ceux qui connaissaient bien Enzo fermèrent les yeux et retinrent leur souffle. C’était tout à fait le genre de provocation qu’il fallait pour lancer le commandant sur son terrain favori, celui de la contradiction. Battista se contenta de sourire et retourna à son bureau. Il ôta la veste et la cravate puis remonta ses manches de chemise avant de revenir.
    — Merci, patron, je me sens mieux. »

     

    Logo Livraddict

    babelioDéfis sur Fb

    « L'antichambre des souvenirs, tome 2 - Intégral (Iman Eyitayo)Sortie 1er septembre 2015 : éditions du Chat noir »

  • Commentaires

    4
    Lundi 31 Août 2015 à 09:00

    Merci les filles, sincèrement ce second est encore meilleur, plus d'actions, plus de stress pour le lecteur, n'hésitez pas ! (désolée, étant en vacances, je n'ai pas eut toutes vos notifications)

    3
    Vampilou
    Dimanche 23 Août 2015 à 16:21
    J'étais déjà tentée par le premier tome, mais ton avis ne fait que me donner encore plus envie !
    2
    Dimanche 23 Août 2015 à 10:10

    Je ne connaissais pas du tout mais au vu de ton avis, je vais très rapidement me lancer dans la découverte du premier!

    1
    Dimanche 23 Août 2015 à 09:34

    J'ai aussi adoré ce second tome tout comme le premier .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :