• Mortelles Nyx, tome 2 (Coralie Martin)

    Mortelles Nyx, tome 2 (Coralie Martin)

    Auteur : Coralie Martin

    278 pages papier

    Thème : Vampires

      *******

    Fait partie de la série

    Némésis

    de Coralie Martin 

    4ème de couverture :

    « 1933, année de toutes les nouveautés. Les tyrannies fleurissent en Europe tandis que la France découvre une nouvelle royauté, celle des vampires. Esclave mais reine, voici ma condition actuelle.
    Bien entendu, le fait qu'un meurtrier s'attaque aux Hautes Sphères et révèle l'existence des cadavres ambulants aux humains n'est pas pour me déplaire, mais la politique est d'un ennui...
    Sans compter les aléas de ma vie sentimentale, je puis vous assurer que les distractions ne manquent pas en ce siècle...»

    Liens de Sang Tome 1 (Callie J. Deroy)

    Mortelles Nyx, tome 2 (Coralie Martin)

    J’ai eut la chance de rencontrer Coralie lors des Halliènales, il y a tout juste 15 jours. Elle est aussi adorable en vrai qu’au travers d’un écran, non elle est encore plus adorable en vrai ! J’ai eut l’occasion de pouvoir lire la suite de l’Impératrice Némésis ! Et je dois dire que je l’attendais depuis un sacré moment. Merci à Coralie de me l’avoir fait parvenir, je me suis vraiment régalé du début à la fin !

    Nous retrouvons Marie, après quelques siècles d’existence auprès de son Maitre… flute, j’avais tellement envie de savoir comment cela s’est passé entre eux à la fin du premier tome, mais en lisant, des brides nous sont donnés et c’est encore mieux que ce que je pensais ! Nous comprenons comment il peut la tenir, avec quel artifice il use pour qu’elle ne se rebelle pas trop. Marie est devenue l’esclave de son Maître, mais malgré tout, a récupéré le statut de reine des vampires. Elle se retrouve donc en quelque sorte à siéger auprès de son Maître. De graves événements se produisent, mettant en danger le monde des vampires pour commencer. Les hautes sphères sont en danger, un maléfice s’abat sur chacun d’entre eux, les faisant devenir de véritables momies ambulantes. Bien entendu, tout serait plus simple s’il était facile de trouver celui ou celle qui s’amuse aux dépends de ses propres congénères, sans compter que la vie de Marie ne sera toujours pas une partie de plaisir.

    « Je m’appelle Marie Delandeau, et je suis née au début du XIIème siècle. J'aurais du m'estimer chanceuse, car Père réussit à me faire épouser par le châtelain du royaume. Mais mon esprit rebelle ne pouvait se satisfaire de la place de la femme au Moyen-âge. »

    Le moyen-âge fait place aux années 1930. La montée d’Hitler au pouvoir, les guerres approchent déjà entre les humains et les langues se délient, laissant entrapercevoir que le monde n’est pas tel qu’il est.

    Les vampires sont toujours aussi froids, aussi sombres, aussi parfaits dans leur vrai rôle et c’est ce qui m’avait plu dans le premier tome. Ici nous avons une femme d’abord, vampire ensuite qui survit dans un monde qui a évolué, mais dans quel sens... Ce monde change, les légendes deviennent vérité aux yeux des humains. Entre frénésie et peur, que pourrait-il se passer de pire ? Trois fois rien, juste les plus anciens, les plus forts des vampires s’effritent plus vite qu’un pruneau au soleil. Et c’est à Marie, sous les ordres de son Maître de découvrir qui en est le coupable avant la police humaine, trop facile, pas facile du tout oui… Quelle idée saugrenue, surtout lorsque nous savons qu’elle ne les porte absolument pas dans son cœur. Les événements vont s’enchainer, ne laissant pas de répit à la jeune vampire.

    J’ai beaucoup aimé retrouver le Maître, en fait, j’attendais beaucoup de ce second tome pour en connaitre plus sur ce personnage. Car oui, j’avais été frustrée de ne pas savoir qui il était vraiment, d’où il venait, pourquoi avait-il jeté son dévolu sur Marie ? Tant de questions sans réponses et là, LA, tout est là. Tout est expliqué au fil des pages. Le Maître, qu’il y est, un puissant vampire, oui, un de ceux dont il vaut mieux ne pas rencontrer au détour d’une ruelle sombre. Il est de ceux dont on ne peut pas résister, attirant au possible. Ce vampire n’a pas de nom, ni de prénom, jusqu’à ce qu’un autre personnage intervient et ose le dire. J’étais très étonnée, mais en y réfléchissant bien, il ne pouvait pas s’appeler autrement. Ne rêvez pas, il vous faudra lire pour le découvrir, mais avant cela, nous le verrons au prise avec ses propres sentiments, ses actions. La torture est toujours d’actualité, tout comme les prises de sang, la violence, mais tout est écrit si naturellement que chaque scène passe à une vitesse folle.

    « Je maîtrise désormais le premier sort. Comble de l’ironie, c’est le fait d’avoir tué celui qui pouvait représenter, dans le fatras qu’est ma vie, mon confident qui me l’a octroyé. En effet, le sort m’a permis d’exaucer son vœu et d’obtenir un nouveau palier de pouvoir.

    Mais maintenant, je sens dans mes veines « poena mors », à défaut d’un autre terme, qui s’agite dès que je croise un être vivant. Je goute son sang avant même de pouvoir discerner le détail de ses traits. Je peux lui donner la mort en un instant… sans compter que ma soif de sang s’est aussi accentuée… »

    Je suis comblée de tant de détails, de souvenirs, de recherches, de personnalités multiples.

    De nouveaux personnages entrent en scène, tel le Commissaire Malentoin. Cet humain est chargé de l’enquête sur les cadavres qui jonchent les parvis de sa ville. C’est un homme intelligent, caractériel par moment, mais un vrai chien enragé lorsqu’il a une idée en tête et ne la lâche plus. Sauver son espèce est ce qu’il a de plus précieux, malgré tout ce qu'il va subir. Il ne comprend pas tout, cherchant les causes à effet jusqu’à ce qu’il soit au cœur même des événements. J’ai eut un très grand sourire lors d’un passage entre lui et le Maître, surtout sue le sujet épineux de Marie. 

    Un autre du nom d’Azrael va devenir important, tant par ses actions que par ses paroles. Il connait énormément de choses, il est passé par tant de siècles, a vu les évolutions se faire, mais il veut du changement, encore ! Son entrée plutôt fracassante ne se fera pas sans heurt. Il présente un aspect peu commun par rapport aux autres hommes, vampires et autres créatures. Vint ensuite ce Gautier, un homme qui m’a paru sûr de lui. Il est fort, mentalement et physiquement, sachant utiliser le mot chantage pour arriver à ses fins. Et lorsqu’il donne sa parole, rien à part la mort ne peut lui faire plier bagages. Un petit dernier, même si d’autres ont aussi leur place. Vasà. Cet homme peu commun est un sage parmi tous les autres. Son amour pour un autre personnage, s’il pouvait donner sa vie, il le ferait sans se poser de question. Il est droit, fidèle à ses principes et je pourrais encore user de qualificatif de toute sorte.

    Le passé revient toujours, et la découverte de ces souvenirs est vraiment très intéressante. Je ne peux rien écrire sans vous dévoiler qui sera présent, mais c’est une sacré surprise, surtout lorsque dès le départ nous ne pouvons pas y penser une seule seconde.

    Je termine en revenant un petit peu à Marie, elle est devenue une vraie femme, sachant de quoi elle est capable. Sa sensualité s’est ouverte, elle est esclave, oui mais en même temps, elle arrive à imposer une partie de ses idées. Bastien était celui qu’elle aimait et le revoir d’une certaine manière, même succinctement montre qu’elle est toujours capable de sentiment, de frustration, mais aussi de rancœur envers ce qui lui est arrivé.

    Un livre qui comble mes interrogations sur le premier tome, mais qui en amène d’autres sur la suite. Comment peut-on s’arrêter ainsi ? Pourquoi avoir fini ce second livre de cette manière ? J’ai peur pour les personnages concernés, comme j’ai pu l’être tout du long de ce roman. Mon cœur battait à tout rompre par moment, certains passages vous plonge directement dans l’intrigue et vous ne pouvez que suivre ce qui se passe sans pouvoir intervenir. Si vous avez envie de plonger au cœur d’une telle aventure, il vous suffit de vous le procurer. Je vous souhaite une bonne lecture, car la mienne fut savoureuse !

    Un dernier extrait :

    « Je songe à ces dernières heures, aux informations tant de fois réclamées qui, finalement, incendient mon esprit de doutes et au sentiment qui s’est ravivé en mon sein : ma Némésis, de retour, est plus virulente que jamais et s’insurge de ma passivité. Après tout, j’ai maintenant le pouvoir de détruire mon Maître, ce qui fut mon soutien durant des décennies.
    Alors, pourquoi ai-je des difficultés à l’imaginer mort ? Il ne s’agit pas de ne pas avoir envie de le tuer : cet acte me paraît si naturel que j’en jubile d’avance, dessinant mille et un scénarios dans ma tête suivant l’heure de notre rencontre, les divers instruments de mort à ma disposition, passant de la cuillère où je me vois récupérer ses globes oculaire à la lame effilée d’un de mes sabres, le décapitant… Non, le tuer ne me pose pas de difficulté.
    Mais concevoir ma vie sans lui, oui. Je me suis habituée à sa présence, il est mon dernier lien avec ma vie d’avant. Cela explique donc pourquoi je réussis très bien à accepter le rôle que je dois incarner pour Malentoin.
    Est-ce pour autant un sentiment qui pourrait m’handicaper ? Après un nouveau scénario où mes dents lui arrachent sa carotide gauche avec la moitié de son muscle sterno-cléido-mastoïdien, je décide que non. Que faire ?
    - Je le tue et on avisera ensuite.
    Oui, je continue de parler à voix haute. Qui ne l’a jamais fait me jette la première pierre ou se taise à jamais. »

    Logo Livraddict

    babelio

     Défis sur Fb

     

     

    « Sonata (Emily Musso)Go to Hell saga (Oxanna Hope) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :