• Nouvelles fantasmagoriques (Isaac de Mont)

     

     Résumé 

     

    « Ce recueil de nouvelles comporte sept histoires, alternant science-fiction, fantastique, thriller et drame.
    Revisiter l’Illiade, imaginer un futur chaotique, penser autrement au passé, elles s’inscrivent toutes dans une volonté, vous faire vivre une expérience fantasmagorique.
     »   
     

     Ma chronique 


    Je remercie l'auteur pour m'avoir proposé de découvrir son univers par le biais du site simplement.

     

    Sept nouvelles, sept histoires, de personnages tous plus ou moins sombres. Nouvelles fantasmagoriques, des récits qui nous font réfléchir. Oui, mais à quoi ? C'est une très bonne question. Je dirais bien élémentaire mon cher Watson, mais c'est un peu plus compliqué qu'une simple question du moi, du surmoi. Bref, pensez à la psychologie de l'être humain, à ses pensées, ses besoins, ses réflexions, sa conscience, son inconscient, son âme ! L'être humain est complexe, il est doué de paroles, de bons sentiments, mais aussi de noirceur, de désastre ambulant ! Qu'il soit vivant ou mort, il est encore capable de faire souffrir et de faire tourner en bourrique son entourage.

     

    La couverture nous apprend déjà de nombreux points sur ce qu'il y a entre les lignes. Magie, sorcellerie, homme, femme, symboles liés aux personnages, qui se cache derrière tout cela ? Un démon peut-être, à moins que ce ne soit l'Homme tout simplement et sa folie, passagère ou non. Plonger au cœur de ces ténèbres n'est pas sans effort et surtout il vaut mieux avoir le cœur accroché. Non, point de gore ou de sanglant entre les lignes même si une des nouvelles pourrait nous apporter des seaux d'organes frais ? Pas sur, l'imagination s'amuse à nous prendre en grippe et nous emmener loin, surtout lorsque l'on est comme moi avec une imagination débordante ! Toujours est-il qu'avec cette couverture sobre et rempli d'éléments vous avez déjà une petite idée où vous allez atterrir.

     

    Nouvelle Andromaque, De Sang, Octavus, Peut-être des Enfers, Théorie du Rien, Obéissance absolue et Lettre invisible.

     

    Nouvelle Andromaque est celle qui m'a donné le plus de difficulté pour deux raisons : la première l'écriture à la seconde personne est un "problème" chez moi, j'ai beaucoup de mal à m'immerger dans un texte écrit de cette façon. Andromaque se cherche, part à la conquête de son soi en essayant de retrouver son précieux. Je sais qu'il fallait probablement que je ne m'arrête pas à la première signification des mots, mais chercher plus loin, sauf que le "tu" ne m'y a pas aidé. De sang nous emmène dans un monde futuriste, un monde où les robots côtoient les humains. Si vous avez vu I-Robot avec Will Smith vous aurez un aperçu de ce que l'auteur nous présente. Un personnage rencontre son futur, son moi ridé, perdu dans ses souvenirs, dans sa rage, dans sa honte aussi. Darius est amer, il ne sait pas comment il en est arrivé là, même s'il raconte son histoire, sa vie à son moi plus jeune. Et s'il n'avait pas fait ces choix ? Et si ce moment était choisi comme il le fallait ? Le destin à moins que ce ne soit autre chose qui le pousse à raconter son vécu et ce qu'il subit encore. Ces robots qui ont des maîtres, qui n'ont pas de sentiments, pas d'émotions et pourtant ils sont bien présents et plus que jamais semblent apporter un avenir... différent ?

     

    Octavus où la force de la voix. La puissance d'un timbre, l'anonymat et puis soudain le regard, celui que personne n'attend. Être seul ne fait pas de ce personnage un mauvais homme, il vit, il laisse ses notes s'emporter pour des inconnus dans un grand magasin, pour quelle reconnaissance ? En veut-il vraiment ? Cette rencontre va bouleverser son quotidien qui est si linéaire, sa maison blanche et noire, tel les touches d'un piano semble lui ressembler à tel point qu'un véritable piano serait de trop. La solitude prend place à l'effervescence, la confusion devenir un espoir, la perte de cet isolement pourrait débuter sur quelque chose de plus... harmonieux ? Peut-être des enfers reste en surface jusqu'à ce que le dénouement nous montre qu'en fait nous nous sommes trompés. Claire joue à l'apprenti sorcier, avec la vie, avec les sens, avec l'âme. La perte de ses sœurs, son père qui ne sait plus si elle a trouvé sa solution, mais qui continue de lui poser des questions. Et puis ce moment où nous tombons de haut. Enfin du haut ou du bas ? Est-ce qu'en fait la réalité que nous avons devant les yeux est la bonne ? Et si nous étions dans l'autre sens ? De l'autre côté du miroir ? Qui peut le dire ? Personne si ce n'est les capacités de Claire qui va nous prouver que persévérer peut apporter cette solution, mais à quel prix ? 

     

    Théorie du rien, théorie du tout ? Une mère qui disparait, laissant deux frères avec un hôtel sur les bras. Et ce sentiment d'impuissance pour les deux, ce sentiment qui leur donne envie de découvrir le monde à leur façon. Des fragments d'identités, des morceaux de soi manquant, un besoin de donner et de photographier ce monde afin de lui donner une certaine consistance et combler les trous. Obéissance absolue ou tout simplement l'esclavagisme ! Une femme blanche qui frappe son employé de maison, parce qu'il est noir, parce qu'il chante, parce qu'il est heureux de travailler, enfin ça, c'était avant. Avant d'être à son service, celui de cette femme qui n'aime personne, qui embarque son mari dans ses délires, prête à tout pour détruire le peu d'humanité qui reste en lui. Ces moments de pure terreur lorsqu'il comprend ce qui risque de lui arriver et puis ce dénouement qui nous fait sourire. La vengeance ne vient pas forcément de celui qui est dans le collimateur et parfois il vaut mieux un long silence plutôt qu'une courte explication. Lettre invisible est la dernière nouvelle de ce recueil avec la mort en cadeau. Une petite visite à la morgue, un doux rêve, une lettre et un point final à une vie qui n'aurait jamais dû s'arrêter si brutalement.


    Ma préférée est la dernière, elle aborde de nombreux points si criant de réalité, car toujours d'actualité. Même si les autres ne sont pas en reste, c'est celle qui fait le plus mal par le chemin parcouru jusqu'à cette fin tragique. Sept récits sans réel point d'attache si ce n'est notre propre conscience et ce que nous en faisons. Vouloir le meilleur oui, mais à quel prix ? La technologie est évoquée apportant son lot de bonheur comme de malheur. Faut-il évoluer ? Faut-il avancer dans le progrès et jusqu'où pouvons-nous aller ? C'est à nous de réfléchir et de décider des actes que nous pouvons nous permettre de faire ou non. L'avenir semble à la fois sombre et rempli d'espoir. Tant qu'il y aura des hommes et des femmes qui continuerons de tendre une main vers l'autre, tout n'est pas perdu.

     

    L'écriture est pointilleuse, un peu trop poétique pour moi, mais qui ravira la plupart des lecteurs. L'auteur laisse libre court à l'imagination du lecteur pour la plupart des fins que j'ai trouvé abruptes par moment. En conclusion, une lecture qui apporte son lot de questions et de raisonnements. Chacun y trouvera son compte dans l'une ou l'autre des nouvelles.

     

     Extrait choisi : 

     
     
     « ... Un silence particulier règne dans les couloirs de la chambre mortuaire de l’hôpital, à la nuit tombée. À mi-chemin entre calme absolu et absence oppressante. C’est fou, mais rien ne saurait troubler la paix des résidents. Rien, à part peut-être l’occupante de la case numéro une. Un coup sec dans la porte en inox et la dénommée Rebecca parvient à se hisser de l’autre côté, ça bloque au niveau de la taille. Difficilement, elle pousse avec ses mains pour faire glisser la plateforme. La blouse de l’hôpital Nervus qu’elle porte toujours laisse deviner un corps plutôt osseux. Sa chevelure coupée à la garçonne accentue la dureté de ses traits ambigus. ...»

     

     

    « Day's Reading # 202Contes et Nouvelles (Année 2021) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    14
    Mardi 16 Février à 07:50
    Steph*

    J'aime beaucoup les nouvelles normalement mais j'avoue que celles-ci me tentent moins :/

      • Mercredi 17 Février à 19:20

        Cela dépend de quel type de nouvelles tu lis habituellement :)

    13
    lheuredelire
    Dimanche 14 Février à 22:55

    Pas très nouvelle de mon côté mais bon, pourquoi pas tenter à l'occasion !

      • Lundi 15 Février à 20:48

        En plus il est court ce recueil donc il se lit vite ;)

    12
    Kim
    Dimanche 14 Février à 20:31

    J'aime pas trop les nouvelles ^^

      • Dimanche 14 Février à 21:42

        Je te comprends, c'est souvent trop court, on en veut toujours plus xD

    11
    Dimanche 14 Février à 18:27

    Hé bien pourquoi pas ! Peut-être pas en ce moment (j'ai envie de lectures plus légères) mais sait-on jamais :)

      • Dimanche 14 Février à 21:41

        Ce n'est pas très léger, mais plus tard oui c'est une bonne idée 

    10
    Dimanche 14 Février à 14:43
    Ca m’a l’air d’etre un style assez particulier je ne sais pas pour moi :)
      • Dimanche 14 Février à 15:51

        Ce n'est rien, le prochain te plaira surement :)

    9
    Vampilou
    Samedi 13 Février à 20:50
    En grande amatrice de nouvelles, ça me plaît forcément !
      • Dimanche 14 Février à 15:50

        Chouette, j'ai hâte de savoir ce que tu vas en penser :)

    8
    Samedi 13 Février à 20:47
    Eh bien pourquoi pas ! Je me le note, en tout cas =)
      • Dimanche 14 Février à 15:45

        C'est une super nouvelle :) bonne future lecture !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :