• Ad feminam (Yano Las)

     

    Jeu obscur, Episode 1 (Mell de Pouhindeu)

     

    Auteur : Yano Las

    160 pages numérique

    Thème : Psychologie

      *******

    Résumé :

    « Après une enfance presque banale, presque normale, abandonnée par son père, surprotégée par sa mère, May , enfant sage, quitte sa musulmanie natale pour tenter sa chance en occident. En perte de repères, elle y découvre contre toute attente , la foi, mais pas seulement. Elle y fait aussi des rencontres du 3 eme type. Des extra-terrestres aux sorciers, des forces occultes aux secrets de l’au delà, en passant par les sectes et les sociétés secrètes, May raconte avec une simplicité poignante, déchirante, bouleversante, son voyage au bout de la peur... »  

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Raven Hale, maitre de lumière, tome 2 : Lune de sang (Françoise Gosselin)

    15/20

     

    Je remercie l'auteur, Yano Las pour m'avoir proposé la lecture de son roman.

     

    May est algérienne. Adorée de sa mère uniquement lorsqu'elle montre qu'elle est intelligente, sage et douée, son père ne semble pas l'aimer. Et pour cause, dès le départ nous apprenons que son père n'est pas le père biologique. Ses frères et soeurs semblent le savoir, mais pas l'intéressée. Elle va être rejetée de tous et vivre ce que je qualifie d'enfer psychologique de la part de ses proches. Sa mort semble être une solution, pourtant elle ne passera pas le cap, ce qui va décevoir bon nombre de personnes autour d'elle. Puis son adolescence arrive, les études, le futur métier à choisir. Enfin façon de parler parce qu'elle doit être la meilleure dans le domaine qu'on va lui imposer. La suite ne sera pas de tout repos non plus.

     

    « - Ben simplement, tu prends une corde, tu l’attaches à ton cou, tu attaches la corde à la poignée d’un placard assez haut et tu montes sur une chaise. »

     

    L'histoire est un peu "lourde" au départ avec toutes les émotions de la jeune May, mais il faut en passer par là pour comprendre un minimum ce qui se passe dans son esprit. Elle est si jeune lorsque son propre frère lui explique comment faire pour mourir. L'esprit humain est façonnable dès le plus jeune âge et ici on le voit parfaitement bien. Malmenée toute petite, elle va vouloir démontrer qu'elle est aussi bonne que n'importe qui. Ses études se passent en France et son intégration n'est pas la meilleure. C'est elle qui est devenue l'étrangère, pas autant que dans son propre pays, mais pas loin. C'est difficile d'expliquer le ressenti à la suite de la lecture, car un malaise existe et persiste même après le dernier mot du roman.

     

    Le personnage de May est travaillé, pas de doute dessus. Ses émotions, ses pensées, son esprit est bien mis en avant. Sa vie toute tracée par les autres ne lui convient pas, elle résiste mais ne sait pas comment faire pour remonter ce qui lui semble une pente très difficile. Ceux qui l'entourent montrent diverses facettes qui sont à découvrir au fur et à mesure de la lecture.

     

    « Mère malgré tout, mère en toute circonstance, mère de sang ou de chair, mère utérine, sa mère eut l'idée de la protéger en l'abritant dans un placard dans lequel elle était assez jeune et de taille suffisamment petite pour s'y allonger. Inutile de dire que la fillette était hypnotisée et n'avait pas une conscience réelle ou un quelconque souvenir à l'éveil de ces périodes d'apnée, en marge de la vie, en dehors du temps, aux frontières du réel. A l'intérieur, le trou noir. C'était un de ces endroits d'où la vie s'est échappée. Rien d'autre que le vide, le silence, l'obscurité, les ténèbres, la peur, l'interrogation, les questions: qui suis-je, où suis-je, que suis-je ? »

     

    La religion est très présente pour les protagonistes, un peu trop pour ma part, mais chacun ses convictions. Par contre ce qui se passe devant les yeux et dans l'esprit de May est intrigant et déroutant, j'aime beaucoup. Je dois aussi admettre que je n'ai pas tout compris vers la fin, c'est sûrement voulu. L'écriture est très fluide et très belle malgré les mauvais moments passés pour l'héroïne.

     

    En conclusion, une histoire pas banale sur différents thèmes : l'acceptation de soi et vis-à-vis des autres, les différences de culture, de tradition, de convictions, de foi... Sans oublier les chemins tortueux d'un esprit qui n'a pas connu de repos. Espoir et désillusion, deux mots qui ne cessent de s'affronter ici. Nous retrouvons toutes les étapes d'une vie entre ses lignes avec ce qui nous caractérise le plus : les émotions.

     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

    « L'origine des mondes, tome 1 : une épopée fantastique (France Missud)Les traqueurs (Antoine Bombrun) »

  • Commentaires

    8
    Samedi 22 Octobre 2016 à 09:12

    alors ca ne me tente pas du tout mais j'adore la couverture!!!

    7
    Vendredi 21 Octobre 2016 à 17:59

    Le résumé me tente pas du tout.. Une prochaine fois peut-être, bonne chronique ! :)

      • Samedi 22 Octobre 2016 à 21:33

        On ne peux pas tout aimer non plus :)

    6
    Vampilou
    Vendredi 21 Octobre 2016 à 15:53
    Pourquoi pas, ça a l'air plutôt original !
    5
    yano las
    Vendredi 21 Octobre 2016 à 12:10

    Merci pour cette chronique . j adore

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :