• Et pour le pire (Noël Boudou)

     Résumé 

     

    « Bénédicte et Vincent auraient pu vieillir paisiblement ensemble. Malheureusement, le destin en a décidé autrement, il y a vingt ans…
    Vingt ans. Vingt ans à attendre… à attendre que les assassins de sa femme sortent de prison.
    Depuis vingt ans, Vincent Dolt n'a qu'une seule idée en tête : venger sa douce Bénédicte…
    Depuis vingt ans, seule la haine le maintient en vie.
    Mais une vengeance n'est jamais simple, surtout à 86 ans.
    Il a vécu le meilleur, il se prépare au pire…
    »   
     

     Ma chronique 

     
    Je remercie Joël ainsi que la maison d'éditions Taurnada pour cette nouvelle lecture.
     
     
     

    J'en suis arrivée à un point où je sais que lorsque Joël me propose un livre de la maison d'éditions Taurnada, je vais passer un bon moment. Voire un très bon. Ou encore comme pour cette lecture j'en suis toute retournée. Ce récit est un peu différent des autres déjà lu et j'aime, non j'adore tout simplement. L'implication des personnages, la façon dont les événements sont amenés, les échanges entre les protagonistes et ce passé qui se dévoile petit à petit jusqu'à ce point de non-retour.
     
     
    Il y a 20 ans, Vincent a perdu sa Bénédicte dans d'atroces souffrances. Il n'a rien pu faire, parce qu'ils n'étaient pas ensemble. Ce malheur est un poids sur Vincent qui ne veut qu'une seule chose : se venger, puis en finir avec la vie. Car la vie, il n'en attend plus rien. La vie c'était les moments simples avec sa femme, celle qui a adouci ses jours et ses nuits, celle qui avait toujours le sourire, le mot pour son prochain et la vérité toute nue lorsqu'elle n'aimait pas une personne. Ce qui était rare, extrêmement rare, mais cela est déjà arrivé. Vincent attend, patiemment la sortie de ces bourreaux qui doit s'effectuer dans quelques jours, une semaine tout au plus. Mais Vincent a 86 ans et n'est plus aussi frais et pimpant qu'avant. Et puis il y a ces nouveaux habitants qui débarquent dans son petit village, dans cette rue sans retour qui vient bouleverser le quotidien de notre irascible petit vieux.
     
     
    C'est un peu celui qui est vu de loin, que personne n'aime aller voir, si ce n'est son neveu qui s'inquiète pour lui et qui s'en fiche de l'argent qu'il pourrait obtenir à son décès. Car Vincent et Bénédicte n'ont jamais eu d'enfant. Et Vincent n'aime pas son neveu, peut-être que c'est vrai, peut-être que c'est juste pour le préserver. Peu importe, c'est l'homme que personne ne veut approcher parce qu'il est aigri, méchant, virulent. Et cela se comprend parfaitement, surtout lorsque nous avons les identités des bourreaux. Comment peut-il encore vivre ainsi ? La vengeance le ronge, tel le cancer qu'on lui a diagnostiqué, ce même cancer qui sera sa fin à lui, s'il ne choisit pas le fusil de son père. La mort n'est qu'une étape, non pas pour retrouver sa femme là-haut, il n'y croit pas, mais plutôt une bénédiction pour qu'il puisse enfin se sentir en paix, une fois qu'il aura achevé son œuvre.
     
     
    20 ans, c'est long, laborieux surtout lorsque la personne aimée n'est plus à ses côtés. 20 ans à tenir bon, à préparer son plan malgré les courbatures, les os qui craquent, la faiblesse, les tremblements. Oui, il est vieux, il le sait, mais rien ne l'empêchera de trouver un moyen et ces longs mois, il a eu le temps de préparer le minimum. Durant cette semaine où il se ronge les sangs, envoie bouler la femme de son nouveau voisin qui est une montagne de muscles. Et pourtant, pourtant il va se passer quelque chose. Non pas le fait qu'ils soient noirs, mais le fait qu'il arrive à aller s'excuser. Cette nouvelle famille est adorable, prête à l'aider pour ses repas, pour lui apporter de la compagnie, parce que les petits n'ont pas de papy, parce qu'il est seul, parce que... pour tout un tas de raison. France et Bao sont vraiment des personnages adorables qui sont prêts à tellement de choses.
     
     
    Le passé de ces personnages n'est pas drôle du tout et chacun a son idée pour la suite des événements. Comment vivre dans un petit village pareil où tout le monde se connaît, où la consanguinité est telle qu'au temps des rois et où la médisance est de mise ? Vincent est également un homme qui a beaucoup de vécu, un passé avant de venir vivre ici, de rencontrer sa Bénédicte, de survivre tout simplement. C'est audacieux de choisir un personnage âgé, fatigué, abimé pour le mettre en premier plan d'une vengeance. Il me fait penser à tatie Danièle version masculin, la langue acérée, l'envie de virer tout le monde pour être seul et en finir au plus vite, emportant avec lui tous ces dégénérés. Et puis il a une arme secrète, celle-là même dans sa cave qui attend, bien sagement, ou plutôt endormie à coups de massue.
     
     
    Lorsque nous savons ce qui s'est réellement passé pour Bénédicte, la vengeance n'est pas suffisante à mes yeux. Leurs morts devraient être lente, douloureuse et tout ça pour ça ? Car oui, nous savons à la fin le pourquoi elle a subit cela et c'est ignoble. C'est découpé morceaux par morceaux les condamnés sans qu'ils ne s'évanouissent, qu'ils restent en vie le plus longtemps possible pour souffrir. Cette vengeance, Vincent la mérite plus que tout, pour tout ce qu'il a vécu avant et maintenant. La violence est prenante et le peu de détails que nous avons suffit à être de son côté à ce petit vieux. Vieux et prêt à engloutir ces monstres. Je suis prête à l'aider si besoin. Mais ça, Vincent n'aura pas besoin de moi. Il a la volonté de vaincre et saura s'entourer.
     
     
    Certaines scènes sont terribles par la façon dont les habitants peuvent se retourner contre une personne de leur entourage, mais aussi de part le racisme dont fait preuve certaines autorités, sans oublier les mauvais coups et le sang qui coule inexorablement dans certains événements. Tout s'accélère, les journées défilent, les personnages affluent, les idées fusent et les mauvaises nouvelles tombent les unes après les autres. Il est clair qu'il va y avoir du sport en plus des médisances et des trahisons. Le final est terrible et laisse des traces. J'en frissonne encore des derniers mots, des derniers moments où le doute est toujours permis. Certains faits ne se voient absolument pas venir et vivant dans un petit village qui ressemble beaucoup à celui qui est décrit, je peux vous assurer que certains "phénomènes" sont réalistes. Je pense surtout au fait qu'une personne en couler qui s'était installée, cela a fait du foin chez nos petits vieux. Les cousins/cousines qui sont ensemble (oui oui, cela existe encore, mais bon ce sont des germains bien sur) enfin bref tout cela pour dire que cela donne un côté réaliste à faire peur.
     
     
    Alors bien entendu je ne vous raconte pas comment tout cela va pouvoir se faire, qui va l'aider, qui va l'enfoncer, comment il va s'en sortir ou non. Et puis ce final, j'en reviens une fois de plus où nous apprenons tellement de choses sur Vincent et ce qui l'avait entouré, sur les répercussions de son passé à ce jour. Lui qui pensait être seul va se rendre compte que la vie est véritablement une bonne comme une mauvaise surprise. Cela fait mal au coeur de refermer le livre en imaginant tout ce qu'il a raté sans le savoir, tout ce qu'il aurait pu découvrir plus tôt, s'il avait su. En conclusion, un récit poignant qui montre la persévérance d'un homme perdu. L'âge n'est qu'un nombre alors que la vie elle est toujours présente, comme la Terre qui tournera toujours et saura apporter son lot, de bonheur ou même de malheur...

     

     Extrait choisi : 

     

     « « Il était une fois un vieux monsieur grincheux qui vivait dans une belle campagne où on faisait du bon vin. Ce vieux monsieur s'appelait Vincent et il aimait le bon vin. Mais il n'était pas né vieux et grincheux. Il était né dans une belle et gentille famille, il n'y avait pas la télé, il n'avait pas d'ordinateur ou du ternet. Mais il était heureux...»

    Je ne sais combien de temps j'ai parlé, tout y est passé. Bon, j'ai évité de raconter ma première pignolle en pensant à la belle Josefa, qui tout juste arrivée d'Espagne venait faire un peu de ménage pour aider maman à la maison. Je ne me rappelle pas si elle était vraiment belle, mais elle était plantureuse et... Bon, j'ai évité de parler de ça. Je me suis arrêté à la fin de la cassette de 90 min et j'ai commencé la deuxième avant que Bao n'arrive. Avant que Bao n'arrive et ne me chamboule tout dans la baraque ! La salle à manger n'avait pas dû servir depuis vingt ans. Je n'ai jamais eu beaucoup d'amis, ma Bénédicte en avait plein, elle savait se faire des amis. Elle était forte pour ça. Pareil pour ses ennemis, elle a choisi les pires. Elle était forte, ma Bénédicte. »

     

    Et pour le pire - Boudou Noel - Taurnada Éditions - ebook (ePub) -  Librairie Martelle AMIENS

     

    « Dans ma boite il y a... #264Top Ten Tuesday # 215 »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    16
    Samedi 15 Mai à 15:10
    Steph*

    Je ne me sentais pas de le lire mais ton avis m'en dit beaucoup ! Ca m'aurait plu mais ça aurait été dur à lire !

      • Samedi 15 Mai à 16:45

        Il faut s'accrocher oui, parce que les révélations font sacrément mal, mais certains passages sont vraiment jouissifs !

    15
    Jeudi 13 Mai à 17:15

    On ressent bien ton enthousiaste à la lecture de ton avis. Ce n'est malheureusement pas pour moi

      • Jeudi 13 Mai à 18:39

        Ce n'est pas grave, c'était pour moi et tous les amoureux de thriller bien spéciaux ^^ Merci :)

    14
    lheuredelire
    Mardi 11 Mai à 11:40

    Merci pour la découverte, ça donne envie !!

      • Mardi 11 Mai à 21:43

        C'est génial à lire ton commentaire, j'espère que tu sauteras le pas :)

    13
    Mardi 11 Mai à 10:59
    Sorbet-Kiwi

    Je découvre jusqu'à la maison d'édition avec ton avis, donc merci beaucoup :D Et je suis contente de voir que tu aies aimé :) 

      • Mardi 11 Mai à 21:42

        Oh la la j'adore cette ME je suis super contente que tu découvre tout ça !

    12
    Kimysmile
    Mardi 11 Mai à 09:31

    Intrigant mais pas pour moi je pense^^

      • Mardi 11 Mai à 21:19

        C'est totalement différent de ce que tu lis xD

    11
    Lundi 10 Mai à 22:02
    Ça a l'air super ! Enfin du coup je me doute de la fin désormais ; ce doit être super impactant quand on ne sait pas du tout à quoi s'attendre ! Tu l'avais vue venir ou pas du tout ?
      • Lundi 10 Mai à 22:34

        Sincèrement non je n'ai rien vu venir de tout, aussi bien de la fin des personnages que de leur passé,  de leur vie, de leur avenir. J'adore quand je te lis t'avoir mis un doute sur ce final justement parce qu'il est énorme émotionnellement et qu'on ne s'attendait pas à ça ;)

    10
    Vampilou
    Lundi 10 Mai à 21:58
    J'aime beaucoup le graphisme de la couverture et le roman me paraît intrigant !
    9
    Lundi 10 Mai à 19:17
    Marine
    Je ne connaissais pas du tout alors merci de la découverte !
      • Lundi 10 Mai à 22:35

        De rien, très heureuse de t'avoir montré ce récit  ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :