• Gwendoline arrête de fumer ! (Martine Roffinella)

     

    Gwendoline arrête de fumer ! (Martine Roffinella)

    Lien sur Nelson

    Gwendoline arrête de fumer ! (Martine Roffinella)

    Auteur : Martine Roffinella


    132 pages numérique (kindle)

    Thème : Contemporain

    *******


     

    Résumé :

    « Un contemporain inclassable, halluciné, jouissif, par une grande plume au vocabulaire précis.Martine Roffinella nous livre un roman complètement déjanté, en mode crescendo, rédigé avec la précision chirurgicale d'un esprit malin.Gwendoline, grande fumeuse, tombe sous le coup de la Loi Évin, la loi « anti-fumeurs ». "Le Temps fait ce qu’il veut et les hommes n’en sont que le jouet" nous dit l'auteure. Pour mieux nous interroger : Que se passerait-il si soudain vous, lecteur, vous viviez dans un temps décalé par rapport au reste de l’humanité ? Que feriez-vous de ce temps d’avance, qui n’est tangible qu’à vous seul ? Comment utiliseriez-vous ce « pouvoir » sur vos contemporains ? Un roman à première vue un peu fou, qui s'aborde selon le degré de lecture que chacun souhaite.  »

    A propos de l'auteur :

    Après une enfance sur les bords de la mer Méditerranée, Martine Roffinella rejoint Paris, où elle exerce divers métiers (dans les Assurances, puis dans la Publicité...), avant d’émigrer dans plusieurs régions de France (Pays-de-la-Loire, Bretagne, Bourgogne...) en y organisant notamment des ateliers d’écriture dans les prisons. De retour dans la capitale, elle travaille pendant 7 ans dans l’édition. Puis, à l’âge de 49 ans, elle plaque tout pour retrouver sa Provence natale.

    Publiée depuis de nombreuses années, aussi bien chez Phébus, Dominique Leroy ou Sulliver, elle explore l’humain dans un cheminement qui lui est propre, en grande amoureuse de la langue française et des émotions fortes qu’elle peut véhiculer. Son regard s’attache autant au coeur qu’au corps, dont elle explore les vacillements dans un style et une musicalité d’expression qui interrogent le lecteur.

    Yem, tome 1 : le grand rift (Gilles Milo-Vacéri)

    Gwendoline arrête de fumer ! (Martine Roffinella)

    Je remercie Stéphanie Chabert de la maison d'édition Nelson district, ainsi que netgalley pour m'avoir offert cette lecture. J'aime la couverture, tout à fait en contradiction avec le titre. Un brin de mystère dans les effluves de la cigarette.

     

    L'avant propos donne les circonstances de l'histoire que vit Gwendoline, une femme de 35 ans qui voit sa vie basculer à l'annonce de la loi anti-tabac : Les fumeurs hors-la-loi ! Un engrenage s'instaure dans son esprit, elle doit tout supprimer, la moindre cigarette, le moindre cigarillo qui traîne dans son appartement. Les cendriers aussi doivent disparaître. Il lui faut éliminer toutes traces de peur de se retrouver en prison. Les souvenirs affluent. Nous lisons son enfance très rapidement, puis son adolescence jusqu'à ce fameux jour où elle tombe en extase devant ce couple qui fume. La grâce dans chacun des gestes de la femme la subjugue. Les années passent, un mariage, la cigarette et nous revenons au début, à savoir qu'il faut tout cacher ! Mais ce n'est que le début de l'histoire, car la suite est tordante.

     

    « Elle avait tant guetté ce moment, tant espéré de cette première bouffée, qu'elle faillit ne pas l'apprécier à sa juste mesure. 1095 jours, 26 280 heures exhalant poussivement leur dernier souffle, des milliers de secondes comme frappées de léthargie avaient miné son endurance, transformant sa vie en une seule attente gangreneuse. »

     

    J'ai passé un super moment de lecture, le sourire ne quittait pas une seule seconde mes lèvres. Je me suis demandé où Martine Roffinella, l'auteur donc, allait nous emmener. Je ne m'attendais pas à ce type de récit, plus conventionnel surement. Sincèrement, je suis très contente de ces pages. L'heure est importante, chaque minute compte pour Gwendoline et lorsque cette dernière trouve un travail au Ministère de l'Intérieur comme Gardienne de l'Horloge du Temps, c'est le summum pour elle. Plus elle travaille et plus un décalage se fait. L'auteur nous emmène dans un temps « parallèle », un peu plus en avance chaque jour par rapport aux communs des mortels.

     

    J'ai adoré l'héroïne. Sa normalité est composé de TOC et d'obsession. Elle est obligé d'avoir des repères temporels pour avancer et ne pas devenir folle, quoique... D'ailleurs, sa grand-mère la surnomme « la trotteuse », ce qui lui va comme un gant, mais elle déteste – aussi bien le surnom que la grand-mère. La première scène avec la disparition des cigarettes et autres accessoires est magnifique : elle ne ferait pas mieux avec un cadavre qui l'encombrerait. Plus les chapitres défilent et plus les cigarettes disparaissent, mais le temps augmentent : 4 minutes !!!!! Le désespoir est proche, la folie la guette un peu plus et j'ai bien ri de toutes les situations, pourtant certaines n'étaient pas faites pour cela.

     

    « Examinons d'abord les fumeurs, décida-t-elle en se brossant les dents. Ceux-là étaient dans la même situation qu'elle. Ils pouvaient être dénoncés à tout moment ; donc ils ne bougeraient pas. Ensuite, il y avait les fumeurs occasionnels. Parmi eux Edouard, qui ne rentrerait en France que dans une éternité. D'ici là, l'eau aurait coulé sous les ponts. Mieux valait se concentrer sur les non-fumeurs, à savoir d'abord ses parents. Il faudrait trouver un moyen de les faire taire. Gwendoline résolut donc à s'y employer. Quant aux autres témoins de sa consommation de tabac, un simple changement d'habitudes ferait glisser dans l'oubli l'idée même qu'elle avait pu fumer un jour. Et puis il suffirait d'affirmer avec aplomb qu'ils se trompaient ; qu'ils avaient rêvé. D'autant que que, comme elle avait pu durement en juger lors de la fameuse soirée où nul ne s'était aperçu de son absence, sa personne comptait pour rien ou presque. Alors qui pourrait avoir l'outrecuidance d'affirmer l'avoir vue fumer ? »

     

    L'écriture est magique et la fin audacieuse, même si j'ai dû rater un passage car il y a une subtilité qui m'a échappé.

     

    Si vous recherchez une lecture sans prise de tête, avec de l'humour souvent caustique, des tocs irrésistibles, une écriture fluide et un sarcasme du personnage à toute épreuve : vous êtes au bon endroit – oui, comme sur la carte avec le point rouge : vous êtes ici. J'oubliais une chose : l'esprit humain varie en fonction de chaque personne et entrer dans celui de Gwendoline est un pur délice. Sortie le 06 mai, date à retenir !

     

     Logo Livraddictbabelio

    Défis sur Fb 

    http://2.bp.blogspot.com/-mvhno11ISwg/VnA8BII8tUI/AAAAAAAAAqo/Fvq24wkEb5U/s1600/Banni%25C3%25A8re%2B2.png

    « Dans ma boite il y a... # 44Le manoir des fantasmes (Gilles Milo-Vacéri) »

  • Commentaires

    8
    Vampilou
    Mardi 26 Avril 2016 à 16:26
    J'adore, ça a l'air super original et un peu décalé, ça me fait très envie !
    7
    Mardi 26 Avril 2016 à 12:31

    Ah  il peut être sympa à lire et ton avis me donne envie de le découvrir.

    Je vais le demander.

    Merci

    6
    Mardi 26 Avril 2016 à 10:06

    Oh un livre qui me tente bien, merci je le note ! ^^

      • Mardi 26 Avril 2016 à 14:57

        De rien, merci à toi d'être passée :)

    5
    Lundi 25 Avril 2016 à 19:33

    Je dois le lire très bientôt, tu me motives.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :