• Jamais sans vous (AJ Kauffman)

    Jamais sans vous (AJ Kauffman)

    Jamais sans vous (AJ Kauffman)

    Auteur : AJ Kauffman


    294 pages

    Résumé :

     
    « Que feriez-vous si un jour votre vie était complètement chamboulée lors d’un accident ? C’est ce que va vivre une famille dont les épreuves ne font que commencer. Elle et son mari Gabriel ont tenté d’avoir un enfant durant des années. Enfin la petite Abby-Gaëlle voit le jour. Mais le bonheur est éphémère et la vie n’aura plus le même gout qu’auparavant. »

    Liens de Sang Tome 1 (Callie J. Deroy)

    Yem ou le combat d'une femme (Gilles Milo-Vacéri)

     

    Suite à une conversation avec l’auteur, j’ai eut le privilège de pouvoir lire ce roman en tant que béta correctrice. J’avais eut l’occasion de lire son premier roman qui malheureusement n’avait pas eut grâce à mes yeux. Mais avec « Jamais sans vous » vous pouvez constater que c’est bien différent. J’ai eut un vrai coup de cœur pour lui, comme quoi il ne faut jamais s’arrêter à la première impression, ni au premier livre lu, toujours persévérer, la preuve ! J’ai été complètement happée par l’histoire, au début je voulais juste commencer à corriger par ci par là, mais au final je l’ai d’abord lu d’une traite, car c’est plus lent de prendre un crayon et de modifier. Pour info, les extraits que je mettrais ne seront peut-être pas les mêmes que le rendu final ;)

    Gabriel et Sasha, un couple qui tente depuis de nombreuses années à avoir un bébé, vont enfin avoir une bonne nouvelle : il ou elle arrive ! Après avoir passé tous les tests inimaginables, vérifié pourquoi bébé ne vient pas, Abby-Gaëlle voit le jour. Elle est belle, saine, a tous ses petits doigts, bref le couple devient une vraie famille, presque parfaite. L’angoisse de perdre ce petit être est ancrée en Sasha, grandissante, mais elle savoure ce bonheur qu’elle n’a pas eut le droit de toucher du doigt depuis si longtemps. Sa peur va devenir bien réelle, lorsque leur voiture sera percutée de plein fouet. La famille se détruit, la tristesse s’impose avec une telle force que la douleur est constante. Comment survivre après ce drame ?

    Parler de l’histoire sans dévoiler le plus important, oui, c'est tout à fait possible et je peux même vous parler des personnages, de l’histoire, de ce que l’auteur met dans les mots.

    Tout d’abord l’histoire. Elle est simple dans le sens où c’est une histoire qui pourrait très facilement passer pour du vécu ; des épreuves que n’importe quel couple pourrait avoir dans leur vie. De bonnes comme de mauvaises nouvelles dans une vie, il n’y a que cela qui nous entoure. C’est ce qui arrive à Sasha et Gabriel, leur histoire est simple, il se rencontre à une fête, font connaissance et vint ensuite le mariage et toutes les promesses qui vont avec. Le bonheur qui deviendra familiale grâce à une petite Abby-Gaëlle qui arrive enfin, après de longues années. Un bonheur sans tache, jusque là. Et puis le drame. La perte de contrôle, la peur, l’émotion, l’incompréhension, la tristesse, la douleur, la joie de vivre disparue d’un coup, sans laisser de trace.

    Alors pourquoi un coup de cœur sur une histoire si simple ? A cause des maux et des mots du livre. Les maux tout d’abord, parce qu’il est impossible de rester insensible au malheur des autres, en tout cas pour ma part, même si ce ne sont que des personnages d’un livre. Ici, nous ne pouvons nous demander que le pourquoi tant de malheur dans une famille qui n’avait rien demandé qu’un peu de bonheur. Mais ces souffrances ne donnent pas le coup de cœur, non, il y contribue, certes, mais les mots sont puissants. La façon de nous présenter les événements les uns après les autres. Nous pouvons suivre pas à pas l’évolution de Sasha depuis le début de l’histoire et ne pouvons pas faire autrement que de nous retrouver à ses cotés à chaque instant de sa vie. Le premier passage où l’appréhension m’est apparue est le suivant :

    « — Ce n’est pas grave. Tu veux bien me le montrer ? Répéta-t-il.
    Elle fit un petit non de la tête, sans prononcer un mot. Gabriel savait déjà que l’issue de la discussion allait être la même que toutes les fois précédentes, bouleversantes. Sasha ne se remettrait pas de cette dernière tentative, lui aussi était à bout de forces, mais il devait tenir bon pour eux, pour elle.
    Il attendit patiemment qu’elle se décide à lui montrer ce qu’elle tenait, ce qu’elle fit au bout d’interminables minutes, il ne savait plus gérer la notion de temps dans pareille situation. Elle lui tendit la main, et il saisit avec des pincettes comme l’on pourrait le dire, ce fameux bâton qui allait changer leur vie à tout jamais. Il inspira plusieurs fois avant de regarder ce qu’indiquait ce énième test de grossesse, priant intérieurement pour que le bonheur frappe enfin à leur porte.
    Il porta enfin le regard vers l’objet de leur désir inassouvi et resta comme sa femme un peu plus tôt, choqué, ne sachant pas quoi faire à part embrasser tendrement celle qui venait de lui offrir le plus beau des cadeaux.
    Ils allaient être parents, enfin, après huit ans d’un long et douloureux combat. »

    L’auteur a sut trouver les mots pour expliquer, décortiquer chaque sentiment, chaque expression, chaque émotion, chaque geste emprunt de souffrance ou de plaisir. Et le comble ? Elle a réussit à me faire pleurer, dans un tel livre ! Je crois que le dernier qui m’a fait cet effet est « Le temps d’un hiver ». Les histoires sont différentes, la manière d’écrire également et pourtant les deux auteurs ont su me happer totalement dans l’histoire. Pour être sur d’avoir toujours l’émotion, je l’ai lu à plusieurs reprises et cela ne manque pas, j’ai pleuré à chaque fois.

    Concernant les personnages, il y a toujours ceux que nous adorons et ceux que nous détestons farouchement. Pour ma part, il n’y a qu’une seule personne que j’avais envie de… découper, écarteler, pour finir par brûler les morceaux. Il s’agit de Julia, la sœur de Sasha. Je crois que pire qu’elle, il ne doit pas exister. Le drame ? Attendez, elle doit finir ses ongles avant de bouger le moindre petit doigt. Sans compter qu’il n’y en a jamais pour elle… Je ne vous dévoile rien, mais ma fureur n’est pas redescendue une seule fois tout du long. Au moins AJ, tu sais réellement comment je me suis sentie en lisant tout ce qu’elle fait, ou plutôt oublie de faire. Heureusement, les autres personnages sont moins… vindicatifs. Nous avons les parents de Sasha et ceux de Gabriel qui sont adorables. Les filles qui travaillent avec Sasha dont Julie, que j’ai bien aimé et qui a des réactions normales, mais oublie facilement de tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Elle est un peu tête en l’air, mais serviable. Puis, Philippe, qui est un pilier pour Gabriel, son meilleur ami, même si Sasha pense qu’il se sert de son mari. Philippe a énormément de cœur et de courage. La peur le tenaille par moment, la tristesse l’envahi, l’amour va naitre également. Ces sentiments ne le quittent plus. La petite Abby-Gaëlle est une vraie bouffée d’oxygène, sa joie de vivre, son sourire, sa peau douce font de chaque moment des instants privilégiés. J’ai aimé le psy Mickaël Maynard, il a l’art et la manière de réussir à délier les langues, même les plus coriaces et avec du temps.

    Je ne dirais pas que le livre est parfait, se serait mentir, mais en étant à la troisième personne, l’auteur a réussit à nous immerger dans des profondeurs d’émotions qui sont dur à avoir ainsi. Pouvoir rentrer dans la peau du personnage est important et ici, nous n'avons pas de mal à nous y mettre. Des questions se posent du début à la fin, à savoir quel sera ce drame ? Que va-t-il se produire ? Pour au final se dire que non, ce n’est pas possible, pas ça ! Et comment remonter un gouffre sans rien dans les mains ? Y aura-t-il une lumière quelque part pour s’en sortir ? Rien n’est moins sur. Comme je l’ai dit à AJ, la fin pouvait s’arrêter un peu plus tôt (mon mode sadique peut-être), mais ce qu’elle a rajouté est tout simplement une lueur d’espoir. Cette histoire nous ordonne de savoir savourer le bonheur que nous avons, tous les jours, parce que nous ne savons pas de quoi sera fait la minute qui suit.

    Un autre extrait que j’ai beaucoup aimé, mais il ne sera pas complet pour plusieurs raisons que je tais :

    « Elle les caressa du bout des doigts, comme si elle tenait un petit animal blessé, puis les porta soudain à son cœur. Elle inspira profondément essayant d’endiguer la vague de panique qui montait. Elle se motiva mentalement avant de se lever et de continuer sa « visite ». En sortant, elle regarda à gauche, le bureau, la chambre d’ami et la salle de bains y étaient situé, mais n’alla pas dans cette direction, elle se dirigea en face. Juste un mètre la séparait de la dernière chambre. Elle n’avait qu’un pas à faire, un seul. Sasha le fît en tremblant. Elle s’immobilisa devant la porte close, posa la paume de sa main gauche dessus et sentit la chaleur qui s'en dégageait, puis l’amour qui y était enfermé. Elle crispa sa main droite ... »

     Logo Livraddictbabelio

    Avis de mes partenaires :

    Immortel, tome 1 (Claire Wallaert)

     

    « Immortel, tome 2 : secrets (Claire Wallaert)Jamais sans vous (AJ Kauffman) - Chronique partenaire »

  • Commentaires

    5
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 21:37

    no Non mais n'importe quoi mdr !! cool

    4
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 21:34

    Il devrait sortir au plus tôt bientôt, au plus tard, bientôt xD

    3
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 21:32

    C'est vrai ? au purée !! je veux trop savoir maintenant ... ! 

    2
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 21:29

    Le Drame c'est... franchement, un truc m'arrive comme cela, je ne sais pas du tout comment réagir, quoique je ne serais pas dans l'épilogue xD et merci ;)

    1
    Jeudi 4 Septembre 2014 à 21:18

    Waouh !! mais c'est quoi le drame en question, j'ai envie de dire !!! 

    Superbe chronique en tout cas :) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :