• Le chant de Loon (Kochka)

    Le chant de Loon (Kochka)

     Résumé 

     

    « Quand Henri Lajoie, botaniste passionné, rencontre Loon, autiste, sa curiosité s’enflamme.
    Aurait-elle une perception différente de la nature et de ses secrets ?
    Henri se donne alors une mission auprès de la classe de Loon : faire voir au-delà de la barrière de la différence, afin que chacun s’ouvre au monde.

    Après le succès de Frères d’exil, Kochka signe un merveilleux roman, lumineux et humaniste.
    »
       
     

     Ma chronique 

     
    Je remercie la maison d'éditions Flammarion pour cette sublime découverte.
     
     
    Ce qui me plaisait lorsque j'ai fais la demande de découvrir ce titre, c'est le résumé qui nous indique qu'il s'agit de différence. La couverture est douce, chatoyante, apportant cette envie de découverte. Le livre est à la fois souple et résistant, avec des illustrations explicatives et très intéressantes. J'en parle de suite, certains mots dénomment les espèces que nous découvrons et quoi de mieux qu'une image pour montrer à tous lecteurs confondus ce qu'est ce "mot". C'est tout simplement génial, avoir l'explication en image est toujours plus facile pour comprendre de quoi nous parlons. J'en viens au personnage an plein milieu de la couverture, différent dans la façon dont il est représenté en comparaison à la douceur de la couverture. C'est ce personnage qui est important, cette petite goutte d'eau différente qui fait que le tout ne fonctionnera que si elle est là.
     
     
    Je ne connaissais absolument pas Koschka, c'est donc avec joie que j'ai abordé sa plume. La préface nous ouvre un pan de son intimité avec son fils, qui justement est à part et qui fait des miracles. Et puis nous découvrons Henri Lajoie, un botaniste qui adore se fondre dans la nature. Ce jour-là, lui qui aime être seul pour profiter des merveilles que la nature nous offre, un champs de blé débarque avec son professeur. Une trentaine de personnes, entre les enfants et les adultes qui viennent pour profiter de ce bon air frais. Décontenancé par tout ce bruit, il observe, se présente et constate que la classe est particulière, car elle a à son bord une demoiselle du prénom de Loon. Elle est autiste, connait les lieux car elle a l'habitude de venir avec ses parents, mais ce n'est pas le jour qu'il fallait. Elle les suit tous de loin, ne se mêlant pas à ces autres enfants, trop de bruit qui lui font mal aux oreilles.
     
     
    Ses camarades de classe ont l'habitude de ces cris, du fait qu'elle ne les colle pas, de sa différence, le professeur et l'AVS y veille. Mais ils ne comprennent pas forcément pourquoi elle n'est pas comme eux, pourquoi lorsqu'il y a quelque chose qui la dérange elle crie. Ces différences qui au fond ne les dérange pas plus que cela, ils l'ont accepté, ils ne se moquent pas d'elle, mais est-elle vraiment intégrée dans la classe ? Est-ce que malgré tous les efforts des adultes, Loon se sent en paix lorsqu'elle vient en cours ? Henri Lajoie propose aux élèves de découvrir ce qu'il faisait, de chercher à comprendre comment la nature est réellement, par les bousiers. De petites créatures qui s'occupent des détritus organiques et les transforment pour que la nature puisse s'enrichir. C'est au cours de ces explications que notre botaniste se pose des questions et comment percer à jour Loon.
     
     
    Le récit s'effectue dans la douceur, dans le questionnement également. Henri est passionné par ce qu'il fait, par ce qu'il voit. Il a besoin de comprendre le fonctionnement de chaque être, qu'il soit insecte, animal ou humain. Cette passion, il adore la transmettre à d'autres et c'est tout naturellement qu'il montre la nature telle qu'elle est. Le spectacle que donne les élèves de cette école est criant de vérité. Ils ont raison et sont capable de comprendre plus vite, de voir plus loin que nous, les adultes. Ils n'ont pas les mêmes peurs que nous pour l'avenir, ils le créent à leur image et ce que j'ai pu lire me dis que l'avenir en devrait être que plus radieux. L'écriture fluide et douce (oui je le répète) nous entraine par des chapitres courts à la découverte de l'autre, de ce qui fait que nous ne sommes pas tous pareils. C'est ce qui fait notre richesse, être tous différents.
     
     
    C'est une histoire qui nous ouvre de nouvelles perspectives, qui s'ouvre sur le mélange nature/hommes et aussi entre les êtres humains. Des liens qui s'unissent sans savoir comment, puis la beauté de regarder d'une manière différente ce que l'autre peut voir. Chaque perception est différente en fonction de la personne. L'auteur nous laisse observer ce que Henri veut bien nous offrir. C'est très touchant de le voir tenter de former un tout dans cette classe en voulant intégrer Loon. C'est un homme patient qui explique chacun de ses gestes, chacun de ses mots pour que tous puissent le suivre et comprendre ce qu'il veut leur faire entendre. Avec son expérience, Henri est capable d'amener tranquillement à ce que les événements se produisent. C'est un immense partage que nous propose l'auteur. Le récit dégage énormément sur la différence, la tolérance, aller vers les autres sans chercher à vouloir les changer, les accepter comme ils sont et le respect de la nature.
     
     
    C'est véritablement beau cette manière d'aborder l'autisme dans ce récit, mais cela peut s'appliquer à n'importe quel autre personnage en difficulté par rapport à ce que la vie nous réserve. J'ai adoré les explications avec ces petites gouttes d'eau qui n'ont pas la même forme, la même consistance et pourtant qui se complète pour former un tout. Une véritable richesse des sens, la beauté et la douceur du livre sous les doigts, un régal pour les yeux avec les illustrations, il ne manque plus que le vent dans les cheveux proche de la Louve et les odeurs des arbres pour s'y sentir déjà. Le chant de Loon est une merveille dans tous les sens du terme. Et puis Henri a aussi un petit quelque chose qui nous fait sourire, à changer les noms de famille, à imaginer les enfants autrement, tel une nuée d'oisillons prêts à découvrir le monde.
     
     
    Et puis lorsque le récit se termine, nous avons une belle surprise en postface dont je tairais tout ce que ce passage comporte. Je peux simplement vous indiquer qu'il y a de la maie dans l'air, pas que dans les mots, mais dans les personnes. Ensemble nous formons un tout, séparés nous sommes incomplets et je ne parle pas de couple, mais d'unité. C'est presque magique la manière dont l'histoire nous est conté et la façon dont nous ouvrons un peu plus notre propre monde aux autres. Pour ma part, je suis déjà en plein dedans, à savoir avec des élèves qui sont différents. Nous apprenons avec eux comment nous comporter, comment les faire évoluer sans les brusquer. c'est un travail de longue haleine, mais c'est si beau de les voir réussir !
     
     
    En conclusion, j'ai adoré plonger dans ce récit aux quatre saisons aux côté d'Henri et de Loon. Des personnages qui donnent envie d'en apprendre plus. L'auteur a su intégrer énormément de thèmes tout en gardant la douceur comme lien. C'est un livre que je proposerais à notre CDI à la rentrée prochaine.
     

     Extrait choisi : 

     

     « Donc, accrochée, tirée-tractée par sa maman, elle arriva à sept heures pile, le regard tourné vers le sol et l'oreille droite en avant, car c'était par là que le monde faisait en elle son entrée. Instantanément, en la voyant, je compris qu'avec elle ce qui avait été dit devait être fait. Les désistements, les mensonges, les changements de programme, les retards devaient profondément la déstabiliser. Car, pour être capable de supporter tout ce qui allait arriver, elle devait s'y préparer. Elle avait besoin de savoir à l'avance à quelle heure et par quoi elle allait être avalée. Et le reste du temps, pour pouvoir se reposer, elle devait pouvoir s'y fier...»

     


     

    « Mercredi ciné #94, "Dexter", la série, saison 2Le Cycle des Acmènes, tome 2 : Sargania (Florent Bainier) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    10
    Vendredi 2 Juillet à 18:27
    Alicia Alvarez

    Wahou, il a l'air très intéressant ! Je ne sais pas si je le lirais mais en tout cas ta chronique a l'air de bien lui rendre hommage. :o La couverture est resplendissante en plus ! 

      • Vendredi 2 Juillet à 19:36

        Il est vrai que quand j'aime on le sent assez vite xD

        J'espère te donner l'envie de le lire un jour :)

    9
    Kim
    Vendredi 2 Juillet à 10:21

    J'adore la couverture !

    8
    Jeudi 1er Juillet à 21:45

    La couverture est vraiment très sympa !

      • Vendredi 2 Juillet à 13:49

        Oh oui, je suis d'accord avec toi et l'intérieur est pas mal du tout :)

    7
    Jeudi 1er Juillet à 20:20
    Ce livre a vraiment l'air chouette !
      • Vendredi 2 Juillet à 13:48

        Je vais faire du forcing pour qu'il passe dans note collège :)

    6
    Vampilou
    Jeudi 1er Juillet à 16:26
    Il a l'air absolument sublime et la couverture est tellement belle !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :