• Marie de la mer, tome 1 : la première fois (Annie Lavigne)

     

    Marie de la mer, tome 1 : la première fois (Annie Lavigne)

    Disponible sur Amazon

    Rose et Alessandro, tome 1 : Les Confréries Secrètes (M.M. Georges)

    ******* 

    Auteur : Annie Lavigne

    272 pages numérique (epub)

    Thème : Érotique

      *******

    Fait partie de la trilogie

    Marie de la mer


     

     

    Résumé :

    «  Cap-des-Rosiers, 1899. Dans un petit village catholique, Marie, une jeune femme libre et sauvage, découvre les plaisirs de l’amour avec le bel Antoine, en vacances au Cap. Mais la morale et la religion ne lui permettent pas de vivre ses passions, même l’espace d’un été. Et Antoine doit repartir…
    Le manque et l’attente viendront-ils à bout de son cœur dévasté ?
    Mise à l’index par les villageois, elle vit quasiment recluse quand Charles, son ami d’enfance, lui avoue son amour.
    Marie est déchirée entre son amour pour Antoine et sa passion pour Charles, dont elle devient la maîtresse.
    Charles renoncera-t-il à son mariage pour s’afficher avec la catin du village ?
    Antoine reviendra-t-il au Cap pour retrouver sa belle Marie ?
    L’indomptable sensuelle n’a pas fini de faire parler d’elle…
    Mais aucun villageois ne connaît réellement Marie, qui parle à la mer du haut de la falaise… »  

     

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Marie de la mer, tome 1 : la première fois (Annie Lavigne)

     

    Par le biais du site simplement, je remercie l'auteur pour m'avoir proposé de découvrir le premier tome de sa trilogie. La couverture est sensuelle et chaude. Le livre est découpé en 5 parties : Marie la douce, Marie la fière, Marie la salope, Marie la solitaire, Marie la mère. 5 étapes dans la vie de Marie, de cette jeune femme qui laisse son coeur se porter au gré du vent de la mer qui l'a toujours connu.

     

    Marie vit avec son père adoptif tout au bout de la côté, le plus proche possible de la falaise, de cette mer qui l'a vu arriver. Enfant abandonnée sur la plage, bleuie par le froid et l'eau, c'est Le vieux Carol et sa femme Madeleine qui l'ont recueilli. N'ayant jamais eu d'enfant, c'est un petit être béni qui leur est donné. Malheureusement, sa mère adoptive décède lorsque la petite Marie atteint l'âge de 10 ans. Elle se voit abandonner l'école pour aider le vieux Carol, ce dernier ayant perdu ses jambes. Lorsque nous découvrons Marie, elle a 20 ans et aime sa vie. Une vie simple auprès de celui qu'elle considère comme son père, parlant à ses légumes pour qu'ils poussent parfaitement. Sa terre, la mer, son père, c'est tout ce dont elle a besoin. Enfin presque. Elle ressent un besoin sans trop savoir ce que c'est. Les gens du village disent qu'elle est prête à être mariée. Ce n'est pas de son goût, elle aime sa liberté. Pourtant, lorsque Charles, l'un des fils du voisin revient avec son cousin  Antoine, quelque chose la chamboule. Son cœur palpite et un jeu de chat et de souris va se mettre en place.

     

    « J’aimais madame Boileau. Je l’aimais comme ma propre mère. Lorsque la Madeleine était morte et que le Carol avait perdu ses jambes, c’était elle qui avait pris soin de nous. J’avais alors quitté l’école et Constance m’avait montré tout ce qu’une femme devait connaître pour être une bonne maîtresse de maison. Je n’avais que dix ans, et c’était moi qui allais devoir commencer à cultiver notre terre, car le Carol ne pourrait plus jamais pêcher.
    C’était tout une épreuve, mais je ne me suis jamais plainte, le Carol non plus d’ailleurs. Il disait que c’était le bon Dieu qui voulait nous éprouver pour que l’on devienne meilleurs. C’était ce qu’il me disait, mais je l’entendais tous les soirs pleurer sa Madeleine et maudire le ciel. J’espérais que sa mort nous ait vraiment rendus meilleurs parce qu’elle avait brisé le cœur du Carol et m’avait fait vieillir trop vite. À douze ans, je m’occupais si bien de la maison que l’on me disait déjà bonne à marier. »

     

    Une histoire simple où l'amour se dévoile pour une jeune femme qui ne l'attendais pas particulièrement. Début 19ème siècle, les gens sont plus regardant, vérifiant ce que son voisin fait afin de mieux se moquer, ou dénigrer. C'est l'histoire d'une jeune femme aimant la vie qu'elle a, voudrait rencontrer quelqu'un qu'elle aimerait et ne pas se retrouver avec le premier venu qui a de l'argent. Ce qui compte pour elle, ce sont les sentiments, les émotions. Parfois naïve, parfois têtue, Marie a une force de caractère et un courage exemplaire. L'auteur a fait de ses jours les mêmes gestes, jusqu'à l’apparition de cet homme. Il est beau, grand, fort, pourrait être un bon pêcheur, mais veut devenir avocat. Le temps d'un été, ils vont apprendre à se connaître, à se découvrir. Est-ce de la passion, l'envie de sexe ou de l'amour ? Marie ne compte pas se laisser prendre à ce jeu qui pourtant va l'emporter dans des contrées qu'elle n'imaginait pas. Malheureusement, la fin de l'été approche, les sentiments s'emmêlent et les mots durs se font. c'est une Marie fière qui reprend sa vie comme avant, sans pour autant oublier tout ce qui s'est fait, tout ce qui a été dit.

     

    Le résumé en dit largement assez sur ce qui arrive à cette jeune femme. J'ai aimé la suivre dans son quotidien, ses taches ménagères, les fêtes de villages. Son évolution en ces cinq "Marie" se fait en douceur. Le regard des autres est très présent. Un regard qui en dit long sur les mentalités de cette époque (et qui n'a pas trop changé de nos jours) L'écriture est douce, tranquille. L'auteur nous laisse assez de descriptions pour imaginer les lieux, les vêtements, les conditions de vie de chacun. En dehors de Marie, il y a plusieurs personnages intéressants. Je pense à Le Carol qui même s'il n'a pas de jambes à un pouvoir de déduction et une vision impressionnante. La famille Boiseau, avec Rosalie sa meilleure amie et Charles, son amoureux d'enfance, Antoine le cousin venu de Québec. Le texte est tout en douceur (je pense que ce mot va très bien avec ce premier tome). Beaucoup de douceur dans les mots, de l'imagination à revendre et surtout de belles métaphores, comme celle qui suit.



    « Je me berçai doucement sur la chaise de la Madeleine. La Madeleine aimait passer de longues soirées sur cette chaise à attendre que le soleil se couche. Elle aimait se laisser caresser par la douce lumière qu’il émettait avant de disparaître à l’horizon. Elle disait que le soleil était ce qui nous apportait le bonheur et que, tout comme les plantes, nous avions besoin de sa lumière pour pousser, pour grandir et pour devenir chaque jour nous-mêmes plus lumineux.
    J’observais le soleil qui s’approchait de l’horizon. Bientôt, il ne resterait plus qu’une fine bande orangée où il avait pénétré dans la mer. Pour la mer, ce devait être le moment le plus agréable de la journée : lorsque le soleil redescendait enfin pour s’abandonner en elle l’espace d’une nuit. Lorsqu’il l’effleurait doucement puis s’enfonçait en elle de plus en plus profondément. Lorsqu’elle l’enveloppait et qu’il la réchauffait jusqu’à la faire frémir à l’horizon. Et enfin, lorsqu’elle le possédait entièrement, lorsqu’elle pouvait le sentir en elle tout chaud et vivant. Lorsqu’il n’éclairait plus aucun arbre, aucun champ, aucun être vivant, et qu’il n’était plus qu’à elle, totalement sien, en son ventre où il se lovait pour se refaire des forces jusqu'au matin... »

    J'ai beaucoup aimé cette jeune femme qui découvre les plaisirs simples de l'amour. Les scènes sont intenses, courtes, sensuelles et (ouf) pas cru. Bien au contraire, je remercie l'auteur pour ses images chaudes sans passer par des mots bruts et vulgaires. Les regrets, les remords, la vie simple la fuit dès que son regard a touché le visage d'Antoine. Durant cette époque, les mauvaises langues allaient bon train pour n'importe quelle raison. La jalousie, l'envie, l'imagination fertile, ou tout simplement l'envie de nuire l'autre. Elle va devoir composer avec tout ce qui l'entoure et son cœur. Cet organe qui ne battait que pour la mer, devient plus complexe de jour en jour. Je n'avais pas imaginé cette fin vu certains événements, pourtant elle est plus que plausible. C'est juste que je me suis fait happer par ses sentiments. Je serais ravie de lire la suite de ses aventures. En d'autres termes, une belle histoire à découvrir.

     


     

    Défis sur Fb Logo Livraddict babelio Vous pouvez me retrouver : Vous pouvez me retrouver :

     

    « Dans ma boite il y a... # 148Le Destin des coeurs perdus, saga (J.C. Staignier) »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    6
    Mardi 5 Février à 06:32

    Merci pour la découverte ! Je note !

    5
    Lundi 4 Février à 21:09

    Pourquoi pas ! Je note, sait-on jamais ;)

      • Mardi 5 Février à 14:31

        Exactement, on ne sait jamais ce qui nous tombe sous la main xD

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Vampilou
    Lundi 4 Février à 15:32
    Ah oui, elle a l'air très intense cette histoire, ça me plaît beaucoup !
      • Lundi 4 Février à 18:41

        Je pense qu'elle devrait te plaire encore plus :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :