• Harem (Charlie Audern)

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Auteurs : Charlie Audern, Kaelig Lan 

    215 pages papier

    Thèmes : M/M, érotique

      *******

    Service presse de l'auteur

     

    Résumé de l'éditeur :

    « Quand le Prince Jaad s'ennuie, il rend visite à son Harem pour y trouver divertissements et réconfort. Les femmes pour la lignée, les hommes pour le plaisir. Cent hommes près à satisfaire ses moindres désirs...
    Lassé de son favori Salam , il décide de convoqué la totalité de son harem pour choisir qui partagera sa couche. Son choix se porte sur Rubis. Jeune esclave roux.
    Tout semble parfait sauf que le Prince a oublié que le Harem est également une communauté à elle seule avec ses règles de vie et sa hiérarchie.
    Intrigue au Sérail, complot, amour, vengeance...

    Entrez dans le Harem.
    Histoire des mille et une nuit revu et corrigée»
      

    La bête du Bois de Boulogne (Christine Béchar)

    Nous sommes un (James G & Frédéric Gobillot)

     

    Suite à une demande de recherche de chroniqueurs de la part de l’auteure, je me suis proposé de lire ses oeuvres et j’ai donc pu commencer par celui-ci : Harem. La 4ème de couverture était explicite, il s’agissait d’un prince ayant un harem composé d’une centaines d’hommes prêt à assouvir le moindre de ses désirs et de femmes pour sa lignée. Le livre comprend deux parties, la première sur le fameux Prince Jaad et la deuxième sur son fils Edan. Il faut savoir qu’il s’agit d’un livre sensuel, voire érotique par certains passages, mais uniquement entre hommes. Le harem de femmes n’est que cité dans le texte.

    Commençons par la première partie.

    Le Prince Jaad à un favori du prénom de Salam, mais il s’en ai lassé au bout d’une année. Durant ce temps, le harem c’est senti mis à l’écart sans que le Prince ne s’en rende compte. Il à suffit d’un mouvement, d’une couleur de cheveux différente des autres pour que Rubis entre dans la chambre du Prince et qu’ils apprennent à se connaitre. Ruby est effronté, le regard vif, il sait parler voire charmer grâce à ses paroles et ne s’en plaint pas au contraire. Ses mots lui ont permis de rester chaste dans tous les sens du terme jusqu’à ce qu’il soit vendu au Prince Jaad. Salem, l’esclave rejeté est un homme qui à des envies de pouvoir et semblait se servir de ce que le Prince pouvait lui apporter lorsqu’il était encore son favori. Dorénavant, il est redevenu simple esclave et en veut à Rubis de ce qu’il à osé dire à leur maitre.

    Entre les deux, les joutes verbales vont bon train et je n’ai pu m’empêcher de sourire des diverses situations dans laquelles l’un comme l’autre pouvait se mettre. Mais plus je lisais et plus je me disais que Salam aime son Prince, il n’y à pas que le pouvoir qui l’attire, à moins que ce ne soit que son titre qu’il aime? Je ne pense pas, quand à Rubis, il est en constante recherche d’un compagnon au vu de ses attitudes, il me fait penser à un jeune jouvenceau qui sait mettre les mots quand il faut, mais lorsqu’il s’agit de passer à l’acte, la timidité entre autre prend place.

    « - Jaad.
    Le prince sourit en entendant son nom dans la bouche du garçon.
    - Je ne pourrai pas t’épouser et faire de toi mon époux, Rubis, mais je pourrai te donner un statut qui ne fera pas de toi le favori du harem ou l’esclave du prince, mais mon compagnon. Le compagnon du prince, mais aussi de l’homme.
    - Le prince ne m’intéresse que parce que lui et moi jouons bien ensemble. L’homme est celui qui m’est le plus difficile à découvrir. Le prince a accumulé trop de verni pour que l’homme soit entièrement à découvert. »

    Nous allons faire connaissance de plusieurs hommes et j’en retiendrais trois qui ont été plus mis en avant, mais dont un petit mot pour chacun me semble obligatoire. En premier, il s’agit de Yasil, un homme dans la trentaine qui prend les devants et sait ce qu’il veut. Puis le jeune Farid qui m’a émue, il semble si fragile et le sort que Jaad lui réserve m’a plu. Enfin Hamed, l’ancien soldat qui regrette sa femme et qui aura un sort peu enviable, mais son geste ne peut être oublié. N’oublions pas les eunuques, la façon dont ils le deviennet fait froid dans le dos. Ils sont du même nombre que les esclaves, un pour chacun d’entre eux afin de s’occuper de leur corps et de leur esprit pour certain. Le Prince Jaad est juste et sait reconnaitre lorsqu’il doit faire des choix. Le sort de ses hommes lui tient à coeur et c’est tant mieux! J’ai beaucoup aimé les scènes de rapprochement entre Rubis et Jaad, ma préférée serait celle de leur premier baiser sous la lune, sur cette branche : la passion se sent, l’envie d’aller plus loin également et le fait de se retenir à ne pas céder pour l’un des personnages est grand. La seconde scène que j’ai aimé également, se trouve être lorsque Salam et Ruby se retrouvent au pied du lit de leur Prince, suite à un incident, diré-je. Dans ce décor, l’amour passe en premier plan et l’humour de Jaad m’a fait sourire. En fait, je crois que j’ai souri tout du long de cette première partie et de plus, nous avons le droit d’avoir de très beaux dessins représentant certains des personnages et le baiser sous la lune est incontestablement MON préféré! Par contre un petit, tout petit bémol, qu’est-il arrivé à Salam et qui lui à fait du mal? (*fait les yeux de chat potté pour savoir*)

    « Allongé sur le lit, Jaad le dévore du regard. Enfin il allait le posséder, le garder auprès de lui, l’aimer. La plus belle des conquêtes et la plus difficile également car il ne le possèderait jamais entièrement. C’était le plus beau des défis, le plus grand aphrodisiaque qu’il connaissait aussi. Ses mains viennent se poser sur les hanches du garçon et remontent doucement alors qu’il se redresse pour l’embrasser.

    Dans la chambre silencieuse, le bruit du vent dans les rideaux résonne, mêlés aux soupirs du couple qui plonge dans les délices d’un plaisir partagé. »

    Concernant la deuxième partie.

    Au début, j’ai eut un peu de mal à me mettre dedans, surement parce que Edan, le fils du Prince, va apprendre à devenir un homme à 14 ans... J’ai fait abstraction de son age pour poursuivre et j’ai bien fait. L’auteure à toujours la même fluidité que dans la première partie, mais ce récit est plus basé sur l’art et la manière de pouvoir donner et prendre du plaisir. Un apprentissage de longue haleine sur un adolescent, le petit Prince, qui va bientôt reçevoir les clés du harem de son père.

    J’ai retrouvé avec plaisir Rubis et Jaad, mais un autre personnage à fait son apparition, il s’agit d’Aigle Tempête. Un jeune Améridien qui est entré dans le harem d’une façon bien différente des autres et qui va apprendre à Edan les plaisirs de la chair, mais surtout à se conduire comme l’homme qu’il devrait être lorsqu’il devra succéder à son père. Il y à beaucoup plus de scènes érotiques dans cette deuxième partie, nous avons le droit à l’apprentissage dans sa totalité, mais elle reste sans vulgarité et tout en douceur. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Aigle Tempête, il est en phase, en équilibre comme il dit souvent, avec lui-même, il sait ce qu’il veut et son but est uniquement de venir en aide à Edan, il ne demande rien d’autre. L’attachement entre eux deux se ressent au fur et à mesure qu’ils se découvrent, apprennent à se connaitre autrement qu’intimement. L’amour sera toujours au rendez-vous, mais le destin va se charger de faire comprendre que l’on ne peut pas tout avoir dans la vie à moins de se donner les moyens. Une bonne morale sera à découvrir par soi-même.

    D'une manière générale

    Ce livre est rempli de sentiments, de jeu de séduction, beaucoup de partage, comme les repas, signe que chacun est au même niveau. Le petit plus, ce sont les scènes non vulgaires, le bémol c’est Edan ou plutôt son âge, qui m'a dérangé et non choqué (Mais il faut savoir qu'à une époque, les jeunes filles à peine menstruées étaient déjà mariées et prêtes à avoir des enfants). Dans tous les cas, j’ai vraiment passé un bon moment et je remercie l’auteure Charlie Audern pour m’avoir laissé le lire.

    Logo Livraddict

    babelio

    Avis de mes partenaires :

    Concours des partenaires

     

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Oméga, toms 1 Marquée (J.A. Curtol)

    Auteur : J.A. Curtol (Sharon Kena)

    Date de parution : 19 Juillet 2013

    Oméga, tome 1 Marquée (J.A. Curtol)

    4ème page de couverture :

    Elle est insignifiante, mais elle le fascine.

    Il est le mal tapi dans l'ombre et pourtant elle lui fait confiance.

    Lorsque Julien découvre Klarye, il décide qu'elle sera sa proie, mais pas seulement, il l'approchera également comme un homme. Mais dans ce double jeu, le passé et les sentiments vont se mêler et Klarye passera de proie à protégée sans qu'il ne le veuille vraiment…

    L'amour peut-il vraiment naître d'un double jeu malsain ?

     

    Oméga, tome 1 Marquée (J.A. Curtol)

    Il s’agit d’un service presse en masse par Sharon Kena et j’ai eut la chance de pouvoir en faire partie, ce dont je remercie chaleureusement cette maison d’édition. La couverture représente une jeune femme tout simplement, je dirais comme l’histoire dans un sens. Par contre, dès que l’on arrive sur le sommaire, impossible de ne pas voir les deux fautes d’orthographe dans les deux titres des parties : dangereux ne peut pas être écrit autrement. Heureusement le reste du livre se rattrape parfaitement, juste à un moment Julien est blond, puis brun et de nouveau blond. Je sais que les fautes de frappe existe, qui n’en ferait pas, mais là, elles ne pouvaient pas du tout se noyer dans le texte, car à part les numéros des chapitres et les deux titres, il n’y à rien d’autre dans ce sommaire.

    Ce livre, je l’ai lu très rapidement, déjà au vu du nombre de pages, aux alentours de 120, mais aussi parce qu’il suffit de se laisser embarquer dans l’histoire sans se poser de questions. Rapidement, nous connaissons les bons et les méchants d’une manière générale, vu la façon dont ils sont présentés : les vampires assoiffés de sang, violeurs, assassins, tortionnaires et les humains fragiles ne servant qu’à divertir. Julien fait partie de la première catégorie, né il y à un peu plus de trois mille ans, il erre sur terre afin d’assouvir ses plus bas instincts, sexe et sang, un programme alléchant pour un vampire, indigeste pour un humain certes. Cet homme me fait l’effet d’un psychopathe en puissance au vu de ces actes, mais également doué d’une double personnalité. Il sait que ce qu’il fait c’est mal, il se voit comme un monstre, mais ne peut s’empêcher de prendre des vies au gré de ses fantaisies. Klarye fait partie des faibles, une simple humaine dont la vie ne l’a pas gâté et je ne saurais dire si le pire reste à venir où si elle l’a déjà vécu avant le début du livre. Ce qu’elle à subit sera dévoilé tout au long de ce livre, mais ce qu’elle va connaitre semble équivalent dans un sens. Elle me fait penser à ces personnes qui attirent tout ce qu’il y à de plus mauvais chez les autres sans que se soit de leurs fautes. Les esprits pervers aiment les torturer à leur manière, les poussant dans leur dernier retranchement histoire de savourer la peur qu’ils inspirent à leurs victimes. En d’autre terme, elle est traumatisée et laisser un homme s’approcher d’elle à moins d’un kilomètre est un immense effort pour elle. Elle se sent en perpétuel danger sans trop savoir pourquoi et le stress permanent la fait trembler régulièrement.

    « La jeune femme se hâta de rejoindre la rue où la lumière pâle et froide des réverbères la rassura quelque peu. Elle accéléra encore l’allure tandis qu’elle traversait les rues pavées du centre-ville. Ce soir-là, elle n’était pas à l’aise, la jeune femme avait l’impression désagréable d’être épiée et suivie. Cette sensation n’était pas celle de son angoisse habituelle de la nuit et de l’obscurité. Elle se retourna un nombre incalculable de fois durant les cinq minutes qu’il lui fallait pour traverser la Grande Rue. »

    Leur rencontre sera explosive, entre peur et souffrance, entre tendresse et amour. Il suffit de peu pour faire basculer une personne dans la folie, mais je pense que Julien n’a besoin de personnes pour se contredire lui-même. Nous faisons également la connaissance d’un certain Daniel, créateur de Julien, Mickael le frère de Julien et Lily, la meilleure amie de Klarye. Les trois auront leur destin qui vont se mêler aux deux autres protagonistes d’une manière peu subtile pour certains et au contraire plus en douceur pour d’autre, mais le résultat sera le même en grande partie : je n’ai pas réussi à ressentir de vives émotions sur le sort de tous ces personnages malgré ce qui se passe, même pour Klarye.

    Pour ma part, il manque de profondeur au niveau des personnalités de certain, outre le fait que certains d’entre eux soient de véritables schizophrènes. Il s’agit surtout du point de vue des personnages principaux. Klarye et Julien vont changer radicalement de point de vue, d’avis, de personnalité même, de caractère en si peu de temps ? Lorsque l’on connait ce qu’à subit la première dans son passé il faut énormément de temps pour s’en remettre, il faut de l’aide pour surmonter cela. L'amour qu'elle semble recevoir, même si cela aide, au vu du comment elle l'obtient et de la mémoire qui lui revient je n'ai pas compris comment elle pouvait agir ainsi, surtout de l'autre coté avec le passage éclair dans son double d'appartement. Et concernant le vampire, plus de trois mille ans à être une terreur ne s’efface pas en l’espace de quelques jours à peine, même si l’explication donnée me parait trop radicale. C’est surtout à ce niveau que j’ai du mal à adhérer, l’histoire aurait pu être plus intéressante, pour ma part bien entendu, s’il y avait eut un travail plus important sur leur caractère et la façon dont il se modifie, là, j’ai eut l’impression que l’on partait d’un point A à un point B, qu’il fallait y arriver vite, donc certains éléments auraient été coupés.

    En conclusion, ce récit ne laisse pas beaucoup de place à l’imagination, tout est déjà posé et j’avoue que j’ai été un peu déçue de la suite des événements. Un peu de suspense n’aurait pas fait de mal, car plus j’avançais dans la lecture et plus je savais déjà ce qui allait se produire et la fin était plus que prévisible. Je ne dirais pas que j’ai passé un mauvais moment, disons juste que je n’ai pas été surprise de la façon dont les choses se sont passées. Dommage, parce que la manière d’écrire de l’auteure est agréable à lire, malgré des répétitions de phrases par moment, de plus l’histoire en elle-même est originale, mais il manque des éléments plus approfondis qui m’aurait fait apprécier un peu plus ma lecture.

    Logo Livraddict

    babelio

     

    Liens de mes partenaires :

    LalecturedeSteph (Partenaire)
    Concours des partenaires
    Concours des partenaires
    Partager via Gmail

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique